Journal d’un louveteau garou, XIX

Cher journal
Nous venons de vivre des moments terribles, à savoir : nous avons passé l’épreuve d’histoire des arts lupins. Je ne souhaite cela à personne, sauf à mon petit frère.
J’ai eu la truffe creuse : je n’ai pas pris d’option, je suis resté dans l’histoire des arts lupins purs et durs, avec une liste au cordeau :
– Métamorphose d’Ovide.
– La Belle et la bête (le conte).
– La Belle et la bête (les films).
– Harry Potter (le rôle du professeur Lupin dans la lutte contre Voldemort).
– Le protectorat de l’ombrelle (évolution de l’alpha dans les cinq tomes).

Je ne vous raconte pas comment ont galéré ceux qui ont pris option Troll ou option Vampire ! Non, parce que, dans ce cas, il faut un Troll ou un Vampire dans le jury – et notre professeur vampire n’a pas le don de bilocation, il ne peut faire partie de plusieurs jurys ! Notre principal a donc choisi un de ses patients, enrhumé (principe de précaution). Pas de bol : d’après ceux qui sont passés dans son jury, il avait oublié de se laver depuis au moins trois semaines ! Déjà qu’un vampire sent rarement la rose, mais alors là…

J’étais jury 13, et j’ai attendu patiemment qu’on vienne me chercher – bah oui, je suis arrivé en avance, c’était ça ou rester dans ma chambre à entendre Valère, mon petit frère, en train de lire des recettes de cuisine pour accommoder plaisamment les restes !
Première élève qui sort, elle renifle et ravale ses larmes : « elle m’a déstabilisée avec ses questions. Elle m’a demandé pourquoi je décrivais les robes de Belle en couleurs. Je n’ai pas su répondre : le film était en noir et blanc. »
Deuxième élève qui sort, en pleurs : « j’ai encore raté. Je n’ai même pas réussi à lire mon brouillon ».
Troisième élève : « ça va, j’ai répondu à toutes les questions ! A chaque fois, LA bonne réponse : je ne sais pas, aucune idée, vous êtes sures qu’il y a une réponse à la question.
Quatrième élève : « Même sous la torture, je n’ai rien avoué ! »

Finalement, cela s’est très bien passé…. pour moi. Enfin, je suppose, parce qu’en sortant elles m’ont dit « merci à toi ! ». Je te laisse, cher journal, je viens de croiser Dylan qui parle « d’acharnement thérapeutique » à son égard.

@bientôt !

Anatole Sganou, 4e Bleu.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s