Ecrit en lettres de sang de Sharon Bolton

couv6893667Merci au forum Partage-Lecture et aux éditions Pocket pour ce partenariat.

Mon avis :

Je commencerai par un conseil : ne lisez pas le quatrième de couverture. Il vous en dit beaucoup trop (presque la moitié du roman) et vous délivre, grâce au commentaire du Daily mirror, une information inutile : « Rien ne peut vous préparer à l’extraordinaire retournement final » . Le propre du genre policier est justement de nous offrir un dénouement surprenant, pourquoi le rappeler au lecteur ?

Nous sommes plongés très vite dans le vif du sujet, puisque Lacey Flint, jeune policière, trouve une femme en train d’agoniser, après avoir été sauvagement agressée. La victime mourra dans ses bras, sans que la jeune femme ait pu faire quoi que ce soit pour la sauver. Les événements s’enchaînent rapidement (arrivée des secours, de la police) et pourtant, j’ai senti comme un flottement dans la narration. En effet, le récit se focalise sur Lacey, c’est à travers ses yeux que nous voyons presque tous les événements, et certains de ses propos laissent à penser que, même si elle paraît innocente, étrangère à l’agression qui vient d’être commise, elle cache quelque chose – peut-être des choses insignifiantes, et les « révélations » qu’elle fera plus tard montrera qu’elles le sont. Cette retenue n’inspire pas la confiance totale que le lecteur a d’habitude envers le narrateur. De plus, les policiers restent des policiers (lapalissades) et ne peuvent que se demander si elle n’est pas LA coupable – n’est-elle pas la dernier personne à avoir vu en vie la victime ?

Bref, rien n’est facile pour Lacey, surtout qu’un deuxième crime est commis. Elle ne peut plus se taire : elle fait le lien entre ses deux crimes et ceux qui ont eu lieu plus d’un siècle plus tôt, sans doute les crimes les plus connus au monde, ceux commis par Jack l’Eventreur. Et oui, Jack a été sa grande passion pendant son adolescence, de quoi la faire regarder encore plus bizarrement par le commandant Joesbury. Curieux enquêteurs, que ceux chargés de cette enquête : Joesbury devrait être en congé, après sa dernière mission (il en garde encore des cicatrices). Quant à Dana, qui dirige l’enquête, elle est plus que cabossée par la vie, entre cicatrices (elle aussi) et anorexie. Je n’ai garde d’oublier Emma Boston, la journaliste, auxiliaire à part entière pendant un temps au moins, qui fut cabossée par la vie également.

La narration se poursuit, linéaire, et respecte scrupuleusement les codes du genre : relevé d’indices, suspects, fausses pistes, tâtonnement en tout genre, policiers qui paient (et largement) de leur personne. Je n’ai garde d’oublier les rapprochements entre l’affaire du présent, et l’affaire du passé, ce qui permet également d’exposer quelques théories sur celles-ci. Mais cela entraîne également la perte du questionnement habituel : quel est le mobile ? Pourquoi avoir choisi ces victimes ? Un lien les unirait-il ? J’ai eu l’impression que la culture du tueur en série, du « copycat » était tellement ancrée dans les esprits qu’elle inhibait les raisonnements les plus simples. Autre « tradition », mise en place avec le succès des séries télévisées : les scènes d’autopsie. Elles m’ont semblé vraiment longues, vraiment « sanglantes » s’acharnant sur les détails, sans jamais rendre leur humanité aux victimes. Et c’est presque dommage, parce que l’auteur, à l’image de ce qu’a pu faire J.K. Rawlings dans Une place à prendre, montre l’Angleterre des laissés-pour-compte, ceux que l’on entend pas, que l’on ne voit pas, ceux, ou plutôt celles qui ne portent pas plaintes quoi qu’il arrive, parce qu’elles sont résignées, parce qu’elles savent qu’on ne les écoutera pas, parce que leurs agresseurs ne risquent rien ou presque. Message d’espoir ? La narratrice vient de cette Angleterre-là et a choisi son métier pour aider les autres. Y a-t-il encore un espoir une fois le roman refermé ?

Ecrit en lettres de sang  est un roman qui emprunte à la fois au passé, tout en s’inscrivant dans l’actualité du genre policier. Je pense que les fans de thriller ne bouderont pas leur plaisir.

 

100142514.to_resize_150x3000

Publicités

11 réflexions sur “Ecrit en lettres de sang de Sharon Bolton

      • Et bien oui, on peut le dire, on peut le révéler, ce n’est pas grave ! Certains ont même le culot de le préciser : « on peut bien le dire, la fin est…. » (même si j’étais persuadée, dans ton exemple, que le méchant était le papa de Leia.).

      • QUOI ??? Il est le papa de Leia aussi ?? Purée, l’info de malade… mdr

        Je veux bien qu’on me dise que le final est merdique, mais pas me dire pourquoi ni qui !! Sauf dans Columbo…

      • Oui, tout à fait ! On a beau savoir qui, on ne sait pas encore comment il va trouver, mais franchement, fallait oser un truc pareil.

        Bon, niveau spoiler, Yoda, il est le papa de qui ?? Le géant vert ??

    • Un partenariat avec le forum dont je suis modo. Quand j’ai vu la liste des titres… et surtout de l’auteur, je me suis portée volontaire. Ce n’est pas son meilleur roman. Des suites sont déjà écrites.

  1. Pingback: Billet récapitulatif du mois anglais 2015 | Plaisirs à cultiver

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s