Enemigo de Jirô Taniuchi

tous les livres sur Babelio.com


Présentation de l’éditeur :

Après avoir connu la dictature et la guerre civile, le Nascencio, Etat d’Amérique latine, s’engage sur la voie de la modernisation.Afin de transformer la jungle du sud du pays en terres arables, les autorités font appel à la société japonaise Seshimo. Lorsque Yûji Seshimo, son jeune et brillant président, se rend sur place, il est kidnappé par des mercenaires qui demandent l’arrêt immédiat des travaux… Manœuvre du lobby du blé américain afin de contrer un concurrent potentiel ? Baroud d’honneur des derniers partisans de la dictature ? Opération commando des forces révolutionnaires ? Complot des membres du conseil d’administration de Seshimo hostiles au trop jeune patron ? C’est à Kenichi, le frère de Yûji, qu’il revient de démêler l’écheveau.

Mon avis :

J’ai trouvé ce livre par le plus grand des hasards à la bibliothèque, et je ne le regrette pas du tout.

Ce manga est un manga « de jeunesse » de Taniguchi, il est bien différent de ce qu’il a pu écrire après cela – il n’est pas au commande du scénario. En revanche, il est bien le maître du dessin, parfaitement réussi, comme toujours avec Taniguchi. Œuvre de jeunesse ne signifie en aucune manière œuvre bâclée.

Ce manga est un véritable roman d’aventure, dans un pays d’Amérique du Sud inspiré par des pays bien réels (Brésil ? Colombie ? A vous de choisir). Le gouvernement officiel a fort à faire avec une guérilla qui ne souhaite qu’une chose : le renverser. Et pour cela, tous les moyens sont bons, y compris enlever l’héritier d’un grand groupe industriel résolument pacifiste. Je dis bien « héritier » parce que, même s’il est le numéro deux dans la société, il est bien celui qui devra en reprendre les rênes une fois que son oncle aura passé la main. Qui pour le secourir, alors que les exigences des ravisseurs ne peuvent être  remplies ? Son frère aîné, détective privé à New York.

Il n’est pas un détective à la Nestor Burma, qui attend patiemmenent un nouveau client – voir un nouveau coup sur la tête. Cet ancien militaire – il a fait le Vietnam – est un baroudeur, habitué au combat au corps à corps. Peu de choses l’effraie, et surtout pas le tyrannosaure, je veux dire le dogue que son frère cadet a instauré comme garde du corps de son bureau. Chien et frère aîné sympathisent – tous les deux unis pour sauver Yûji.

Ce manga est rempli d’aventures, de renversement de situation, de trahison aussi et d’amour. Sans l’amour qui l’unit à son frère – même si les deux frères ne se sont pas vus depuis des années – cette intrigue n’aurait pas été possible. Kenichi ne sauve pas son frère parce que c’est son devoir, mais en souvenir de ce lien ténu qui les a uni étant enfant et qu’ils ont gardé, chacun de leurs côtés. C’est aussi simple qu’une photo sur un bureau, moment de bonheur oublié ni pour l’un ni pour l’autre, ou qu’un Little John qui « sent » au sens propre du terme, le lien entre les deux frères.

Enemigo est un manga à recommander à tous ceux qui aiment l’action, mais aussi aux fans de Taniuchi dont je fais partie.

Publicités

7 réflexions sur “Enemigo de Jirô Taniuchi

  1. Je l’avais beaucoup aimé, je suis contente que tu l’aies apprécié aussi, c’est vrai que ça change du Taniguchi introspectif et contemplatif ! Bonne semaine. 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s