Je voudrais que cela ne finisse jamais d’Ake Edwardson

Présentation de l’éditeur :

Il fait une chaleur inhabituelle à Göteborg cet été-là et une jeune femme est retrouvée morte dans l’un des parcs de la ville. Ce décès aurait-il à voir avec un autre du même genre, non élucidé, cinq ans plus tôt? Tout en travaillant sur cette enquête, le commissaire Erik Winter reprend l’ancienne pas à pas. La tâche semble presque désespérée mais Winter convaincu d’une chose: tôt ou tard le meurtrier reviendra sur le lieu du crime. Il s’agira d’être sur place, à ce moment-là.

Mon avis :

Ma dernière lecture d’un roman policier suédois a été un échec, et je n’aime pas rester sur un échec. J’ai donc emprunté et lu un autre roman policier suédois. Bien m’en a pris.

Cinq ans plus tôt, une jeune fille a été violée et assassinée. Le dossier est toujours ouvert, terme choisi pour dire que rien n’a été découvert. Un autre crime est commis, exactement au même endroit. Un copycat ? Erik Winter déteste ce terme, pourtant force est de se demander si les deux crimes ne sont pas liés. La seconde victime a survécu, elle a plus de chance : elle n »est pas d’accord avec ce point de vue. Deux autres jeunes femmes sont tuées, et la police se heurte à un mur.

Pas ou peu de témois, des parents, des proches qui s’aperçoivent qu’ils ne connaissent pas leurs filles aussi bien qu’ils le pensaient, et qui sont à deux doigts de sombrer. On ne peut dire à la police ce que soi-même on ignore. Mais les policiers doivent littéralement se confronter à une famille en particulier – celle de la survivante. Il n’est jamais facile d’interroger une victime, il l’est plus encore quand ses proches se montrent hostiles.

Les policiers ont des vies privées – lapalissades. Ce ne sont pas des vies privées qui interfèrent miraculeusement avec l’enquête, non des vies privées des plus ordinaires, avec ses joies et ses drames.

Après un départ assez lent, dû à tous les blocages que rencontrent les enquêteurs, le rythme s’accélère dès que les recherches portent sur leurs fruits. Erik Winter est un policier très droit, mais… gare à ceux qui chercheraient à entraver l’enquête. La fin justifie les moyens.

100396432100142514.to_resize_150x3000

Publicités

6 réflexions sur “Je voudrais que cela ne finisse jamais d’Ake Edwardson

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s