La chasse au trésor d’Andrea Camilleri

tous les livres sur Babelio.com

Mon résumé :

Collectionneurs de croix et fervents dévots, Gregorio Palmisano et sa sœur Caterina se prennent subitement pour le bras vengeur de Dieu. Pour punir les pêcheurs de Vigàta, ils leur tirent dessus depuis leur balcon. N’écoutant que son courage, Montalbano monte à l’assaut et neutralise les fanatiques. Religion et perversion faisant parfois bon ménage, le commissaire découvre que Gregorio partageait sa couche avec une poupée gonflable décatie et rafistolée. Une anecdote sordide dont la presse fait ses choux gras, mais bientôt pour Montalbano un sujet d’interrogation méritant investigation.

Mon avis :

Montalbano est de retour, et la vie en Sicile est parfois très compliquée. Comme dans les tomes précédents, Salvo est à l’affût du moindre signe de vieillissement, du moindre ramollissement de la caboche. Le fait qu’il s’en inquiète est déjà en soi un signe que tout va bien.

Les Etats-Unis n’ont pas le monopole des fusillades – la Sicile aussi est capable de voir les forces de police devenir la cible de dangereux bigots octogénaires. C’est presque drôle dit ainsi, cependant ils sont aussi réactifs que le tueur le plus aguerri.

Salvio a de quoi être épuisé… et puis non. Même si ces émotions ont été vives, force est de constater que c’est le calme plat à Vigatà, en dehors de cette affaire, qui n’en est pas une. Il est si peu occupé qu’il a le temps de signer tous les papiers qui trainaient sur son bureau, et même de remplir les formulaires bien ennuyeux qu’on lui confie. C’est dire ! Il a même le temps de rendre visite à Livia… enfin, de lui promettre qu’il viendra… enfin, de se disputer au téléphone avec elle puis de se réconcilier. La routine, si j’ose dire, à peine rompue par ses retrouvailles avec Ingrid, la belle suédoise, excellente conductrice.

Salvo n’est pas au bout de ses surprises, puisqu’un inconnu le lance dans une chasse au trésor. Aussi mauvais poète qu’il est intriguant, ce mystérieux individu intrigue suffisamment Salvo pour qu’il participe à ce jeu de pistes, qui devient de plus en plus effrayant au fur et à mesure que le jeu progresse. Sauf que pour que le jeu en soit bien un, il faut que les deux parties soient d’accord sur les règles et l’enjeu, et ce n’est pas du tout le cas pour Salvo, amusé d’abord, intrigué ensuite, franchement inquiet. Il fait même appel aux talents pour l’informatique de Catarella, qu’il complimente, et sollicite un proche de la belle Ingrid, un jeune étudiant qui souhaite en savoir plus sur le raisonnement suivi par Montalbano pour résoudre une enquête.

Notre commissaire a-t-il tort d’avoir eu peur ? Je n’aime pas parler d’intuition, parce qu’elle est arbitraire, et peut faire le lit d’erreurs judiciaires. Je dirai simplement qu’à force d’analyser des faits, des indices, depuis des années, Salvo est largement capable d’analyser les lettres qui lui sont envoyés, et les indices qu’il reçoit. Les Etats-Unis n’ont pas le monopole des personnes qui commettent des actes atroces.

La chasse au trésor est à lire pour tous les fans de l’écrivain sicilien, presque nonagénaire.

100396432100142514.to_resize_150x3000

Publicités

4 réflexions sur “La chasse au trésor d’Andrea Camilleri

  1. Toujours pas lu Andrea Camillieri mais je me régale avec tes billets ! Tu as raison pour le monopole des USA. D’ailleurs la Mafia qui a longtemps « fusillé » venait d’Italie non ? 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s