Debout dans la tombe d’un autre de Ian Rankin

deboutMon résumé :

L’inspecteur John Rébus est officiellement à la retraire depuis Exit music. Il n’a pourtant pas décroché totalement puisqu’il travaille, en tant que civil, au service des Cold case. Je n’irai pas jusqu’à dire qu’il s’ennuyait ferme… jusqu’à ce qu’une certaine Nina le contacte. Ce n’est pas lui qu’elle cherchait à joindre, mais son prédécesseur, Margrath. Sa fille unique, Sally, a disparu depuis treize ans. D’autres jeunes filles, depuis, ont disparu de façon similaire. Un tueur en série rôderait-il en Ecosse ?

Mon avis (spoiler sur Exit music) :

Que deviennent les policiers après leur retraite ? Georges Simenon et Agatha Christie y ont répondu, chacun à leur manière. Dans les séries télévisées françaises, les héros ont la gentillesse et l’imprudence de mourir bien avant d’avoir cotisé suffisamment pour faire valoir leur droit à la retraite. Rébus, lui, y est parvenu, avec beaucoup de fatigue et de kilos en trop. Il est un homme du passé : ses méthodes n’ont plus cours, pour ne pas dire qu’elles sont prohibées. Les réseaux internet ont remplacés les réseaux qui avaient pu se nouer dans la rue ou dans les pubs. Peut-il encore résoudre une enquête ? Sincèrement, doutez-vous de la réponse ?

Autant vous le dire, il n’a pas changé de méthodes, et cela peut sembler suspect, surtout à cet inspecteur des plaintes qui ne rêve que d’une chose : épingler Rébus qui a fait la grosse erreur de demander sa réintégration ! Il est même devenu proche de Cafferty, l’ex caïd écossais (pour « ex », il faut le dire vite, vous vous en doutez). Après tout, sans l’acharnement de Rébus à « ne pas vouloir que cela se termine ainsi », Cafferty aurait certainement succombé à la fin d’Exit Music !

Rebus motive ses collègues, qui ne l’étaient pas vraiment, se déplace, use de passe-droit qu’il n’a plus vraiment, et remue dangereusement la vase, la boue, la bouillasse, bref, tout ce qui ne demandait surtout pas à être remué. « Il n’y a que deux équipes… eux et nous », lui avait-on dit au début de sa carrière (cf Exit music). Ceux qui lui ont succédé pensent exactement la même chose, et il est bon, parfois, de préserver la dignité des enquêteurs. Rebus pense avant tout à ce que méritent les victimes. Il est définitivement de leurs côtés, et tant pis si pour cela, il n’est pas du côté des soi-disant « bons ».

Bien sûr, je pourrai vous parler aussi de l’amour de Rébus pour la musique, du titre, particulièrement bien choisi, du roman, ou du fait que l’auteur n’oublie pas le passé de ses personnages, contrairement à d’autres auteurs qui feraient bien de se relire de temps en temps. Il n’oublie pas non plus de présenter l’Ecosse telle qu’elle est, non telle que les guides touristiques la présentent, même si les légendes rejoignent parfois, étrangement la réalité. Je vous dirai simplement que ce roman est excellent, et qu’il est à lire pour tous les fans de John Rebus et de son auteur.

100142514.to_resize_150x3000challengerl2014challenge-anglaisChallenge Ecosse 02

Publicités

13 réflexions sur “Debout dans la tombe d’un autre de Ian Rankin

  1. J’ai beaucoup aimé les 2 premiers de la série Rebus. Il faudrait que je reprenne le cours de ses aventures. Merci pour le rappel.
    Et joyeuses fêtes à toi, Nunzi et tous tes coloc’ félidés ! 😉

  2. J’en ai commencé un l’an dernier (La colline aux chagrins, je crois), j’aimais beaucoup, j’ai arrêté pour le passer à ma mère et depuis je ne le retrouve plus ! Déjà Rébus semblait proche de la retraite, donc ce n’est pas un vieux-vieux ! J’aimais beaucoup le ton de cet auteur, je vais me mettre en chasse… 😉

    • Cela m’arrive aussi d’égarer mes livres.
      Non, ce n’est pas un vieux-vieux – dans le tout premier, sa fille n’est qu’une gamine, et là, elle tente une fécondation in vitro avec son compagnon.
      Le ton est resté le même. 😉

      • C’est surtout que là ils ne sont pas vraiment « rangés » depuis un an, la place manque donc il doit être dans une pile mais laquelle ? 😉 Tu vois, le peu que j’ai lu (une centaine de pages) m’avait convaincue de poursuivre avec cet auteur (grâce à toi^^)…

      • Je comprends parfaitement ! Ma seconde bibliothèque, offerte par ma maman, sera livrée courant janvier, et pour l’instant, j’empile…
        Merci Asphodèle : j’aime vraiment beaucoup ce qu’écrit Ian Rankin, son Ecosse n’est pas sirupeuse.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s