Un feu dans la nuit d’Erin Kelly

couv61217445Présentation de l’éditeur :

Depuis toujours, les MacBride se rendent à Far Barn, dans le Devon, pour la nuit des feux de joie, mais cette année, tout a changé. Lydia, la matriarche, vient de mourir ; Sophie, la fille aînée, tente désespérément de sauver un mariage qui part à la dérive, et Felix, le petit dernier, est venu accompagné de sa petite amie pour la première fois.
Il y a quelque chose qui ne tourne pas rond chez cette fille, Kerry, ils le sentent sans pouvoir se l’expliquer. Mais lorsqu’ils la laissent surveiller la petite fille de Sophie le temps d’une soirée et qu’à leur retour, elles ont toutes les deux disparu, ils sont obligés de se demander s’ils n’ont pas laissé entrer le loup dans leur bergerie…
Palpitant et glaçant, avec un dénouement final en apothéose, Un feu dans la nuit confirme Erin Kelly comme l’un des auteurs britanniques de thrillers psychologiques les plus importants de sa génération.

Merci à Livraddict et aux éditions Jean-Claude Lattès pour ce partenariat.

challenge-anglaisMon avis :

Je ressens actuellement de plus en plus de mal à rédiger mon avis, surtout quand j’aurai aimé apprécier un livre, et que ce n’est pas vraiment le cas. Ce roman est classé comme un thriller, et pourtant, ce n’en est pas un à mes yeux, il est plutôt à ranger dans la catégorie drame-roman psychologique.

Le coeur du roman devrait être l’enlèvement d’Edie, encore bébé, par Kerry, la compagne de son oncle. Peu de suspens, pourtant, puisque le lecteur sait en moins de cent pages le nom du coupable. Restent à savoir si Edie sera retrouvée saine et sauve, et le mobile qui a poussé la jeune femme à commettre ce crime. Problème (pour moi) : cette question passe au second plan quand le narrateur change.

En effet, si j’ai aimé suivre le récit à travers les yeux de Sophie puis, dans une moindre mesure, dans ceux de Kerry qui offre un épilogue à l’intrigue, j’ai moins aimé les deux parties médianes. Etait-ce parce qu’elles étaient confiés à des narrateurs, et non des narratrices ? Pas seulement. La seconde partie nous replonge des années en arrière et si elle explicite les causes du drame elle casse littéralement le rythme du récit. Je n’avais qu’une hâte : être à nouveau au côté de Sophie et des siens.

Les siens : la famille est le thème le plus important de ce roman, et l’auteur détourne même le thème du secret de famille en le transformant en « secret pour la famille elle-même ». En premier s’impose la famille McBride : tous les protagonistes du drame appartiennent à cette famille, de naissance, ou par union (très libre, parfois). Et s’il est un personnage qui a toute son importance, c’est Lydia, morte, mais omniprésente, presque physiquement. Ses paroles, ses actes, l’éducation qu’elle a donnée à ses enfants modèlent encore leur vie. Femme ? Non, mère. Ce rôle de mère est essentiel, quel que soit la forme de la famille fondée, traditionnelle comme celle de Lydia et Sophie, monoparentale par la force des choses comme celle de Tara. L’auteur ne dispense pourtant pas une image angélique de la maternité. Une mère prend des risques, faits des choix, des erreurs aussi. Elle transmet des valeurs à ses enfants. Elle peut craquer aussi, être frustrée dans ou par sa maternité. Qui a dit que devenir mère était facile ? Pas Erin Kelly.

Avec l’éducation vient l’instruction, et aussi l’opposition entre deux systèmes éducatifs, public et privé, système auquel appartient la Cath où tous les petits McBride (y compris la nouvelle génération) furent instruits. J’ai pensé à Doris Lessing (Victoria et les Staveney) que ce fossé entre les établissements scolaires préoccupait également. Il est quelque chose de pourri au Royaume-Uni si les moyens financiers ou l’idéologie politique des géniteurs forgent à ce point le destin des enfants.

Vous le constaterez, nous sommes très loin du thriller, et même s’il reprend ses droits dans les cent dernières pages, même si le très classique thème de la vengeance s’impose, je n’ai pas frissonné autant que j’aurai dû.

Un feu dans la nuit est un roman à lire pour les portraits de femmes et de mères qu’il propose, pour cette peinture de l’Angleterre des inégalités plus que pour sa dimension policière.

100142514.to_resize_150x3000

Publicités

9 réflexions sur “Un feu dans la nuit d’Erin Kelly

  1. Un très beau billet Sharon bien argumenté qui donne une idée précise du roman ! Il aurait beaucoup de choses pour me tenter malgré les dissonances que tu as relevées mais je pense que je vais attendre…

    • J’ai vraiment voulu être au plus juste de mon ressenti. La seconde partie m’a refroidie. Quand je n’ai pas d’empathie pour un personnage… c’est difficile de le suivre.
      Je crois qu’il est beaucoup de bons livres à lire avant celui-ci.

    • La couverture exprime bien certains aspects du roman, un peu « nunuche ». Je pense qu’il aurait été possible de donner plus de force à l’intrigue. Elle fait presque peur, cette famille McBride, qui règle ses problèmes en autarcie.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s