Archive | 30 octobre 2014

Chroniques de Lipont-les-baveux, tome 4 d’Andy Stanton


Présentation de l’éditeur :

Vous aimez les ours ? Ca tombe bien : un magnifique spécimen est apparu à Lipton-les-Baveux ! Et quand son chemin croise celui de Polly, notre jolie héroïne, ces deux-là deviennent inséparables. Polly le baptise Menotte et décide de l’aider à rejoindre le Royaume des Bêtes, où il pourra s’ébattre librement, les poils au vent… Hélas, l’infâme M. Schnock et son compère s’intéressent aussi à lui… et comptent bien le capturer pour faire de lui leur ours dansant ! Une aventure pleine de Péripéties, avec des montgolfières pleines à craquer de victuailles, des pirates complètement Zinzins, et des ours qui dansent alors qu’ils ne veulent pas danser.

Mon avis :

De l’art de poursuivre une série tout en se renouvelant. Ce quatrième tome nous emmène loin, très loin de Lipton-les-Baveux, comme nous le montrera les trois planisphères qui décriront les périples de nos trois groupes de voyageurs.

En effet, monsieur Schnock ne se contente pas d’être nuisible chez lui, il s’exporte ! Il n’oublie pas, dans ses aventures affreuses, son ami Bill William III – si l’on ne peut plus se disputer/se saouler/faire des concours de méchanceté et autres mensonges, à quoi bon être le méchant de l’histoire ? Et pourquoi quitte-t-il cette ville magnifique qu’est Lipton-les-Baveux, ville enviée dans le monde entier ? Parce qu’il est à la poursuite d’un ours. En effet, M. Schnock et sa magnifique barbe rousse ont tenté de s’enrichir en faisant danser un ours, qui s’était retrouvé là, sur la place, abandonné comme une vieille chaussette avec motif d’ours. Comme un fait exprès, la seule personne assez courageuse pour aider l’ours Menotte sera Polly – et elle devra en subir, des aventures, pour ramener l’ours chez lui, dans le monde des animaux.

Elle et Menotte constituent le second groupe de voyageurs, bien moins tranquille que M. Schnock. Qui dit aventure en mer, dit pirate, et celui que rencontre Polly mériterait sa place dans un asile psychiatrique pour pirates déjantés, coincé entre le capitaine Crochet et Jack Sparrow. L’auteur n’hésite pas à revisiter les codes des récits de piraterie, tout en trouvant pour Polly… une véritable planche de salut !

Je n’ai garde d’oublier non plus le narrateur, qui commente l’action, joue sur les mots, et n’hésite pas à désamorcer tout ce que le récit pourrait comporter de merveilleux à la sauce rose bonbon. Voyager, vivre des aventures extraordinaires, découvrir des nourritures improbables et être aidé par l’esprit de l’arc-en-ciel, oui, ne pas oublier que tout ceci n’est qu’un conte est aussi important.

10694885_10204618827169323_918588559_nchallenge-anglais

Les chroniques de Lipton-les-Baveux, tome 3

Présentation de l’éditeur :

La douce ville de Lipton-les-Baveux est en danger !
Les forces du mal d’autrefois reprennent du service, tout là-haut, au moulin-à-vent.
Et vous pensez bien que l’Infâme M. Schnock n’y est pas pour rien. Il ne va pas se gêner pour s’amuser un peu.
Oh, mais rassurez-vous, Polly et son ami Alan Taylor, le bonhomme de pain d’épices, veillent au grain !
Une aventure trépidante, avec des effets tellement spéciaux qu’on n’y croit pas, des courses-poursuites, un super héros en miniature et même un âne espagnol – qui parle, bien sûr !

Mon avis :

Le lecteur pourrait croire que la tranquillité est revenue à Lipton-les-baveux. Il n’en est rien, ce serait trop beau ou trop simple. Pourtant, la cause n’est pas forcément M. Scnhock – même si un volume sans cet anti-héros ne serait plus une véritable chronique de Lipton-les-baveux. Même les villages les plus sympathiques, dotés des meilleures écoles (un grand merci à Alan Taylor, le bonhomme de pain d’épice philanthrope) voient parfois ressurgir de très vieilles affaires oubliées, et doivent en subir les conséquences.

Et elles sont énormes. Même Polly a failli être contaminée par les forces du mal ! Mais, heureusement, l’espoir est toujours là :

« Tant qu’il y aurait sur terre des enfants qui rien, des dessins animés trop marrants à la télé, des batailles de boules de neiges et de super chansons avec des refrains géniaux à reprendre en chœur, les forces du Bien se relèveraient et le Côté Obscur n’aurait aucune chance. »

En effet, des pierres maléfiques, pour ne pas dire des démons vieux de cinq siècles ont investi la campagne. Leur but : détruire Lipton-les-Baveux, ou plutôt, réduire ce sympathique village en cendre, lui et tous ses habitants.

Tout est bien qui finit (presque) bien en dépit de drames bien réels, et de situations, de jeux de mots toujours aussi loufoques.

 

10694885_10204618827169323_918588559_nchallenge-anglais1390617361