Archive | 25 octobre 2014

Les plumes d’Asphodèle – complicité

c3a9critoire-vanishingintoclouds3Les mots à placer sont : Regard, secret, main, larrons, tiroir, drap, couverture, partager, (se) tramer, connivence, confident, bêtise, proche, rival, neige, empathie, ensemble , amants (au pluriel), nacrer, nomade, noir.

« – Je m’en lave les mains ! » et je leur claquai la porte au nez. Moi, Perceval McKellen, avait perdu mon sang froid. Ne me parlez ni d’empathie, ni de connivence, je vous remercie. Trois semaines que cette équipe de cinéma est installée dans la lande, trois semaines que la reconstruction de Kellen Castle se faisait dans le plus grand secret, à l’abri des regards indiscrets. Les six vampires qui œuvraient avec moi étaient d’une prudence qui forçait mon respect.

Aussi, quand ce matin, le régisseur vint me trouver parce qu’une « panthère noire » errait sur la lande, et qu’il se demandait si elle ne venait pas de MON château, je lui dis ma façon de penser. Je sais ce que vous allez me dire : quand on loge dans son château six vampires, dont des métamorphes, on se retrouve dans de beaux draps. Sauf que Bénédict et Simon étaient les plus censés de tous. Ils m’assurèrent qu’ils ne feraient jamais une bêtise pareille.
– Ou alors, nous nous serions déguisés en moutons blancs comme neige. Ils sont si nombreux, nous serions passés inaperçus !
Quant à Jonathan et Jaimie, les amants terribles (et pas métamorphes), ils étaient maintenant si proches qu’ils « n’en avaient rien à foutre de sortir de leur chambre ». Comme si je n’étais pas au courant ! J’en étais là de mes constats quand Russel (oui, l’amoureux de ma nièce Imogène) intervint et dit ce que je redoutais d’entendre :
– Si une créature surnaturelle nomade erre sur la lande, nous ne pouvons la laisser ainsi.

Nous attendîmes la nuit. Je sortis ma lampe électrique du tiroir, me vêtis chaudement, et installai Winston sur sa couverture, en lui précisant que je rentrerai avant que l’aurore ne nacre le sommet de Kellen Castle. Nous nous partageâmes le secteur, Russel, le plus « instinctif » en éclaireur, Bénédict et Simon m’accompagnaient parce que j’étais « le plus vulnérable ». Ça fait plaisir. Ensemble, nous sillonnâmes la lande et je me demandais ce qui pouvait bien se tramer dans ce petit coin presque paisible. Nous nous aventurâmes jusqu’au plateau de tournage. Rien.
– Au fait, me demanda Simon, quel est le sujet de ce film ?
– Une ânerie historique. Deux hommes, rivaux pour la même fille. D’affreux larrons l’enlèvent, elle et sa confidente, loin, loin, loin…
– Attention !
Trop tard. Un monstre noirâtre avait bondi sur moi. Ma dernière pensée fut que je ne verrai jamais Kellen Castle entièrement rénové. Pas de bol.