Femmes de l’autremonde, tome 2 : Capture.

Présentation de l’éditeur :

Elena Michaels est une femme recherchée.
Elle n’a pourtant rien fait de mal . Enfin, pas récemment. Mais il y a dix ans, son amant l’a changée en loup-garou. La seule femme loup-garou au monde en vérité.
Et aujourd’hui, alors qu’elle parvient enfin à l’accepter, un groupe de scientifique apprend son existence. Ils la pourchassent et elle s’apprête à foncer droit dans leur piège.

1390617361

Mon avis :

« En tant que membre de la Meute, je vivais avec l’Alpha, Jeremy Danvers, ainsi que Clayton Danvers, son fils adoptif / garde du corps / bras droit, qui était également mon partenaire / amant / fléau de mon existence.. »

Eléna a réintégré sa meute, elle est à nouveau en couple avec Clay, son « fiancé », qui a eu la gentillesse de la métamorphoser en louve-garou. Eléna a mis dix ans à lui pardonner, ce n’est donc pas pour remettre l’affaire sur le tapis. Journaliste, elle traque aussi les informations sur les loups-garous, non pour augmenter son savoir sur la question – elle sait pertinemment tout ce qu’il faut savoir sur les loups et les cabots – mais pour prévenir tout danger d’être découverts. Et là, elle a mis le doigt sur quelque chose de particulièrement intéressant.

Ou plutôt, elle a été trouvée, elle et sa meute, par deux sorcières qui veulent la mettre en garde, elle, et toutes les autres créatures surnaturelles. Vous le savez déjà si vous lisez des romans de bit-lit, il est rare de trouver des lycanthropes sans vampires. Il est malheureusement un peu tard pour eux – et pour Eléna.

Elle a beau être (un peu) prudente, elle a beau se moquer des clichés des films d’horreur, elle se fait pourtant prendre au piège comme ses héroïnes dont elle se moque. N’a-t-elle pas appris qu’il ne fallait jamais se séparer en cas de danger ?

Ce qu’elle vivra, une fois capturée (et le titre du roman est bien choisi) est relativement bien conté, mélange de tension, d’horreur, sans vraiment de pause. Ne comptez ni sur l’humour, ni sur la solidarité : chacun pour soi dans cette prison médicalisée, dans ce laboratoire souterrain. Cette variation elle aussi typique sur les expérimentations sur les créatures surnaturelles montrent aussi à quel point certaines personnes peuvent se donner bonne conscience assez facilement. Tout dépend du but. Tout dépend du sujet d’expérimentation.

Et de sa propre expérience. Les choses dérapent, bien entendu, parce que personne n’est plus imprévisible qu’une créature surnaturelle, surtout si ses geôliers la trouvent dociles. Comme quoi, on peut être armés jusqu’aux dents, et même au-delà, et très naïfs. Certaines scènes de combat sont relativement violentes. Nous sommes bien dans de la littérature pour adulte, non pour ado. Quant à l’unique vampire de l’aventure, elle a le bon goût de ne pas se mêler à la bagarre – mais un tout petit peu des affaires des autres.

Capture est un roman bien conçu et bien construit, à lire si vous êtes fan du genre.

Publicités

3 réflexions sur “Femmes de l’autremonde, tome 2 : Capture.

  1. Pingback: Bilan du challenge Halloween | deslivresetsharon

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s