Cinq ciels de Ron Carlson

couv31548130.pngPrésentation de l’éditeur :

Au cœur de l’Idaho et des montagne Rocheuses, trois hommes se trouvent réunis pour réaliser une étrange construction au-dessus d’un canyon. Chacun est muré dans son propre isolement et tente de fuir son passé Il y a d’abord Arthur Key, colosse taciturne qui a subitement quitté Los Angeles, puis le jeune et indolent Ronnie Panelli, petit voleur à la tire. Tous deux ont été embauchés à la hâte par Darwin Gallegos, lui-même en colère contre Dieu et les hommes après le décès accidentel de sa femme. Sur le site grandiose de ce chantier suspendu entre ciel et terre, une amitié profonde va se tisser entre les trois hommes qui se libèrent peu à peu de leurs obsessions, tandis qu’une ombre funeste plane sur le projet.

50

Mon avis :

J’ai aimé la lecture de ce roman, qui tranche avec mes lectures actuelles. S’il est un mot qui me vient à l’esprit, c’est le mot « temps ». L’auteur prend le temps de poser ses personnages, de montrer leur vie quotidienne dans ce chantier un peu invraisemblable, rampe de lancement pour une cascade en moto.

Chacun de ses trois hommes arrive avec ses propres bagages – lourds, pour tous les trois. Attention, nous ne sommes pas dans un mauvais mélodrame, aucun d’entre eux ne dissimule un secret monstrueux et invraisemblable. Chacun d’eux est un homme de chair et d’os, avec des sentiments, des émotions, des souvenirs. Des douleurs. Les gestes les plus simples, les plus répétitifs, la nécessité de se concentrer sur cette construction sont aussi un moyen de ne plus penser – pour un temps.

Seuls dans cette nature, avec des lapins pour uniques visiteurs (ou presque), ils ont le temps de ne pas se parler, de se parler, de nouer ce qui ressemble beaucoup à de l’amitié, avant de – qui sait ? – parvenir à renouer le fil de sa vie. Ou pas.

Cinq ciels est un très beau roman pour les fans de Nature Writing.

10 réflexions sur “Cinq ciels de Ron Carlson

  1. J’aime beaucoup le nature writing et cette lenteur ne me dérange pas non plus, il a l’air bien, je le note ! Ça change des garous c’est sûr, j’admire ta capacité à passer d’un genre à l’autre, c’est formidable ! 😉

    • J’ai voulu parler de cette lenteur parce qu’elle peut déranger certains lecteurs. Pas moi ! Ron Carlson nous parle de la vie, du temps qui passe et peine à cicatriser les blessures, de la nature aussi.
      Il est indispensable pour moi de passer d’un genre à un autre. Aujourd’hui, ce fut littérature jeunesse – avec dragons et sans garou !

  2. Pingback: Bilan du mois, sans Halloween | deslivresetsharon

  3. Le nature writing ét plus généralement les auteurs « de l’ouest américains » reviennent un peu sur le devant de la scène, ét franchement il y a de jolies pépites! Je retiens ce titre pour mes prochains achats 🙂

  4. Pingback: 50 billets, 50 états – le bilan final | deslivresetsharon

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.