Journal d’un louveteau garou VIII

loup-garou-2283017b56_club-ado_frCher journal

si je pouvais trouver un moyen de renvoyer mon petit frère loin, très loin de ce pensionnat, je le ferai !

Nous sommes tellement différents que certains peinent à croire qu’il est mon frère. Je suis en effet raisonnablement beau, cultivé et très intelligent, lui pas vraiment. Je sais ce que tu diras, cher journal, la modestie ne m’étouffe pas. Certes, mais je suis d’accord avec cet auteur qui disait que la modestie était un moyen d’être complimenté deux fois au lieu d’une !

Certes, il ne cause plus aucun souci à madame Cobert ou à son mari, mais il a été surpris à plusieurs reprises en train de gambader dans des endroits où il n’aurait raisonnablement pas du se trouver. Il adore aussi lancer des projectiles sur ses camarades. Il ne faut pas alors s’étonner, après qu’il a traité l’un d’entre eux de « garou d’érable » qu’il soit entré en collision avec les griffes d’une louve (parce qu’en plus, il n’avait pas vu que c’était une fille !) puis avec le mur. Il n’est pas en forme, du coup, ce qui est fâcheux, nous n’avons pas de maçon sous la patte ! En effet, mon frère n’a eu que quelques froissures, mais le mur est à plat – enfin, par terre.

Du coup, à cause de ses errances, on lui a nommé une tutrice parmi les 3e. Il s’agit de Glenda Pattedefer. Si tu veux mon avis chez journal, mon petit frère est mal barré.

Je te laisse sur ses mots.

Anatole.

Edit de 19 h 13 : le réseau électrique est réparé, mais notre prof de musique est interdit de guitare pendant deux semaines. Pas grave : il jouera du piano.

Edit de 19 h 43 : finalement mon frère a traité Arzelle Mac Acahouette de « garou d’étable » et non d’érable, lui a-t-il précisé en lui présentant ses excuses. Malheureusement, il n’avait pas vu la soeur jumelle d’Arzelle, Glencora. Elle l’a expédiée sur le toit du pensionnat. L’équipe de secours est en train de tirer à la courte paille pour savoir qui ira le chercher sur le toit. Tant que ce n’est pas moi, et tant qu’il passe la nuit à se remettre dans l’infirmerie avec son doudou lapin rose, je ne me plains pas.

Publicités

2 réflexions sur “Journal d’un louveteau garou VIII

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s