Archive | 5 septembre 2014

Les dragons de Nalsara, tome 18 : avant que le jour se lève.

Présentation de l’éditeur (extrait) :

L’armée d’Ombrune est en marche. Afin de retarder les soldats ennemis, le Libre Peuple et les habitants de l’île aux Dragons ont fait naître d’étranges créatures dont le venin a des effets surprenants ! Or, ils ignorent que, dans l’ombre de la Citadelle Noire, Anya agit pour leur cause

Mon avis :

« Une légende qui devient vrai, ça aussi, c’est terrifiant !’

Ce dix-huitième tome est centré sur un personnage que l’on a appris à découvrir au cours de la saga : Anya. Esclave (et oui, les sorciers trouvent plus pratique d’ensorceler la nourriture que de payer du personnel), elle est également fille de sorcier par son père, et donc moins sensible aux atmosphères irrespirable, car gorgée de magie.
Surtout, elle souhaite plus que tout être libre – et libérée les autres. Guidée par les magiciennes jumelles (un chaudron est toujours utile), elle fait de son mieux pour contrecarrer Darkat et aider ceux qui luttent contre les sorciers.
La nuit est longue, la nuit n’est pas magique, la nuit est sorcellerie. Tous attendent que le jour se lève – se lèvera-t-il, et sur quoi ?

 

chall32

Journal d’un louveteau garou V

Cher journal que j’aime tant

Fausse alerte : notre principal intérimaire n’a pas un nouveau compagnon, il a juste invité son cousin à passer quelques jours chez lui afin de « surveiller son régime alimentaire totalement délirant ». Non parce que « ton régime n’est pas bon pour la santé, et surtout pas pour ta récupération en cas de blessures « . Oui cher journal, ce n’est pas bien d’écouter aux portes. Mais ce n’est pas le cas : nous étions postés devant la fenêtre, Léopold et moi.

Maintenant, cher journal, comme chaque année, de nouveaux élèves ont rejoint le pensionnat. Avec tous les événements, j’avais presque oublié. Et je dois te dire une chose : c’est une vrai GALERE. Et je pèse mes mots, je n’hésiterai pas à le répéter. GALERE. Surtout la classe des 6e Bleu cyan ».

Anatole, 4e bleu ciel.

– Qu’est-ce que tu fais ?

– J’écris mon journal intime et cela ne te regarde pas, répondit Anatole. Je crois que tu as des devoirs, non ?

– T’es pas marrant.

« Cher journal, désolé pour cette interruption, mais depuis hier, je partage ma chambre avec mon petit frère – plus pratique, d’après maman, que d’avoir un coloc de mon âge. Je crois que je vais demander très vite un changement pour me sortir de cette galère… que je partage avec mon petit frère Valère.

@bientôt cher journal »