Un jour dans la forêt de Marie Sizun

tous les livres sur Babelio.com

Présentation de l’éditeur (extrait) :

Qu’est-ce qui pousse Sabine, petite élève de 5e, solitaire et rêveuse, à ne pas se rendre en classe, ce matin de printemps ?
Pourquoi décide-t-elle ce jour-là de faire l’école buissonnière, et d’aller à la découverte d’un Paris qu’elle ne connaît pas très bien et qui l’a toujours fascinée ?

Mon avis :

Je suis en vacances (fait établi), j’ai beaucoup de mal à décrocher (pensée pour l’année scolaire passée, pensées pour l’année scolaire à venir) et je lis un livre qui se passe dans un contexte… scolaire. Et je ne peux m’empêcher de le regarder avec mes yeux d’enseignante.

Autant vous le dire tout de suite : Edith Lemagre m’a semblé insupportable, et vraiment (plus ?) faite pour être professeur. Qu’il existe des professeurs comme elle, je ne le mets pas en doute, j’en ai croisée quand j’étais élève (et je ne suis pas la seule). Là où j’enseigne, il serait impensable d’agir ainsi. Une élève de 6e se perd le premier jour ? Les nôtres se perdent … je n’ose vous dire jusqu’à quelle date. Les élèves n’ont pas de culture, manquent de culture, etc, etc. Ne serait-ce pas notre métier de leur en apporter, de la culture, sous toutes ses formes – sachant qu’il existe aussi différentes formes de culture, et que ceux qui pensent ne pas en avoir du tout, en possèdent tout de même, bien qu’elle ne soit pas classique. Et son cours sur Demain, dès l’aube ! J’espère que le mien n’était pas aussi pénible, aussi « formel » aux dépens du sens du texte. Je me suis aussi demandée en quelle année situer ce roman. La « réorientation » en fin de 5e, le latin débuté en 4e ne sont plus possibles de nos jours – et pourtant les élèves ont des ordinateurs, tout en lisant Le grand Meaulnes.

Si vous avez tenu jusque là de la lecture de mon billet, bravo !

Sabine s’est perdue dans ce lycée (collège ?) parisien, élitiste, dans lequel les professeurs ne prennent même pas la peine de consulter le dossier de leurs élèves, et ne pensent qu’à leur carrière. Sabine a décroché, et le soutien scolaire s’est envolé [il paraît qu’on aide trop les élèves en difficulté, si, si.]. Sabine vit mal, entre un père violent, puis absent, qui a recommencé sa vie sans se soucier de sa fille, et sa mère, qui ne ressemble pas du tout aux mères de ses camarades. Sa mère tranche, sa mère est différente, sa mère ne correspond pas aux attentes des professeurs. Pourtant – et heureusement – mère et fille s’aiment, Sabine pense à sa mère, et sa mère s’inquiète pour elle.

Et Sabine a fait le collège buissonnier, s’est promenée dans Paris, a fait des rencontres, jamais de mauvaises, non, au contraire les personnes qu’elle a rencontrées l’ont amené à se poser des questions, à exprimer ce qu’elle ressent, à reprendre confiance en elle. La fin est presque trop rose, trop belle – même si je souhaiterai que toutes les Edith Lemagre du monde se remettent en cause, et que toutes les Sabine trouvent quelqu’un qui leur tendent la main.

challenge-1-littc3a9raire-20131

2 réflexions sur “Un jour dans la forêt de Marie Sizun

  1. Pingback: Challenge 1 % littéraire 2013 : le bilan | deslivresetsharon

  2. Pingback: Saison 2 : Challenge Cartable et Tableau Noir ! |

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.