Miséricorde de Jussi Adler-Olsen

couv69716814édition Le livre de poche – 528 pages.

Présentation de l’éditeur :

Pourquoi Merete Lyyngaard croupit-elle dans une cage depuis des années ? Pour quelle raison ses bourreaux s’acharnent-ils sur la jeune femme ? Cinq ans auparavant, la soudaine disparition de celle qui incarnait l’avenir politique du Danemark avait fait couler beaucoup d’encres. Mais, faute d’indices, la police avait classé l’affaire. Jusqu’à l’intervention des improbables Carl Morck et Hafez el Assad du Département V, un flic sur la touche et son assistant d’origine syrienne. Pour eux, pas de cold case …

Mon avis :

Je ne vois pas l’intérêt de rédiger un article de blog si je dois rester « objective », « impersonnelle ». Le but est justement d’être soi, de dire sincèrement ce que je pense, et d’écrire comme je l’entends. Sinon, à quoi bon tenir un blog ?

J’ai commencé par Delivrance, le tome 3, un service de presse, et je reviens aux sources aujourd’hui avec ce premier tome, dédicacé par l’auteur à Saint-Maur-des-fossés (scoop : dans le tome 7, Rose sera très importante).

Je découvre ici l’origine de cette brigade V et celle de son chef, Carl. Il a tout pour me plaire. Très bon policier, il n’en fait cependant qu’à sa tête, n’ayant cure de sa hiérarchie. Les conséquences ? Lui et son équipe en ont payé le prix fort lors de leur dernière mission : l’un est resté à terre, l’autre est paralysé à vie, et Carl est devenu encore plus insupportable qu’il ne l’était avant. Le virer de la police ? Difficile : il a été un excellent flic, et il ne se priverait pas d’ameuter le syndicat. La solution ? Elle est offerte sur un plateau d’argent. Une femme politique s’insurge contre le nombre d’enquêtes non résolues et bâclées ? Une énorme subvention tombe pour créer un nouveau service dédié aux affaires classées ? Bingo ! Le placard dans lequel enfermer Carl est tout trouvé.

D’ailleurs, Carl a bien compris la situation – enfin, jusqu’à ce qu’il découvre le montant des subventions perçues et qu’il le compare avec ce que coûte réellement le département flambant neuf. Puis, il y a Assad, le sympathique homme de ménage que lui adjoint le service. Dieu seul sait ce que le réfugié syrien a fait dans une vie antérieur, et Carl ne veut pas trop le savoir. Par contre, il découvre très vite que l’homme est doué, et pourquoi ne pas utiliser ses capacités à leur juste valeur ? Surtout, puisqu’on lui demande d’enquêter, pourquoi ne pas réellement le faire ?

Le Cold Case qu’il a choisi a tout pour plaire : une jolie jeune femme politique a mystérieusement disparu. Suicide ? Accident ? Personne n’a pensé au meurtre, surtout personne n’a envisagé l’atroce vérité que le lecteur connaît, lui : Merete a été kidnappée cinq ans plus tôt. Il reste à découvrir pourquoi, il reste surtout à découvrir si oui ou non Carl parviendra à la sauver.

Parce que Carl a fait au moins une découverte capitale : l’enquête a été bâclée dans les grandes largeurs. Cela ne vous rappelle rien ? Si, les romans policiers suédois qui dénoncent les lacunes de leurs enquêteurs. Ici, c’est un peu le même principe, et l’on peut se demander ce que les policiers ont fait cinq ans plus tôt, pour ne pas dire ce qu’ils font actuellement, car bien d’autres enquêtes semblent en perdition ! Et bien ils en prennent pour leur grade, et, je l’espère, se remettent en question.

Carl, son mauvais caractère, son assistant Assad et ses ressources cachés font l’impossible, et plus encore. La légalité ? Vous repasserez ! L’opinion que les gens peuvent avoir sur lui ? Carl fait avec, lui qui vit déjà avec son caractère si particulier. Les renforts ? Oui, tout de même, il ne commettra pas deux fois la même erreur

Puis arrive l’épilogue, que je ne vous dévoilerai pas, bien sûr, mais que j’ai trouvé excellent, sans le jugement moral et édificateur que n’aurait pas manqué de placer des scénaristes français, sans forcer non plus sur l’aspect mélodramatique, l’horreur de ce qui s’est passé suffit amplement. J’aime les auteurs qui redonnent toute leur importance au victime, et ne porte pas aux nues les criminels. Revenons aux fondamentaux, cela fait toujours du bien aux lecteurs.

ob_f8548a_chall-nordique191952462logo polar2014_p10

Publicités

7 réflexions sur “Miséricorde de Jussi Adler-Olsen

  1. J’ai lu les trois tomes et j’ai adoré. Le côté tête de pioche de Carl c’est quelque chose et son improbable équipe vaut aussi le détour. Les touches d’humour de-ci de-là sont aussi les bienvenues. Une préférence peut-être pour le 3ème opus. J’attends de mettre la main sur le 4ème à la bibliothèque.

  2. voilà une série qui a l’air passionnante… et très mystérieuse concernant cet énigmatique associé… 🙂
    comme mon chéri est passionné par les polars nordiques, je vais vérifier s’il ne possède pas celui-ci dans sa bibliothèque… 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.