Arab Jazz de Karim Miské

 

Présentation de l’éditeur :

Ahmed Taroudant, jeune marginal, ne lit que des polars. Quand il trouve sa voisine pendue à son balcon, un rôti de porc à ses côtés, il sort de sa léthargie. Est-ce le meurtre symbolique d’un fou de Dieu ? Avec Rachel Kupferstein et Jean Hamelot, flics cinéphiles et torturés, Ahmed enquête au cœur d’un 19e arrondissement cosmopolite où ripoux, caïds et fondamentalistes se livrent une guerre sans pitié.

PMP-2014-pour-siteMon avis :

Sidérant, magistral, tels sont les mots qui me viennent à l’esprit pour qualifier Arab Jazz. Quels sont les secrets d’une telle réussite ?

Ce roman traite un sujet d’actualité, en le maîtrisant parfaitement : la montée de l’extrémisme religieux, qu’il concerne le judaïsme, l’islam, ou même les dérives sectaires, un peu oubliées, me semble-t-il, dans notre beau pays de France. Il offre un regard original, parce qu’il s’interroge sur les causes, envisage les conséquences, et amène chacun à s’interroger sur le parcours de ces personnages, touchants en dépit de leurs errances.

Et s’il en est un qui semble loin de tous ces extrêmes, c’est bien Ahmed, le narrateur. Son histoire familiale aurait pu le faire basculer, ce n’est pas le cas. Et s’il erre (il souffre de dépression nerveuse), il le fait à travers les pages des romans qu’il achète au poids, entre les quatre murs de son appartement. L’auteur aurait pu céder à la tentation d’accumuler les clichés à son égard : il en laisse le soin à d’autres personnages, en une mise en abîme grinçante des idées reçues les plus convenues.

Face à Ahmed et à sa volonté de (re)vivre, face aux deux enquêteurs, bien décidés à rendre justice, nous trouvons le  » tueur en série » – encore un thème cher à la littérature policière contemporaine. Encore une fois, l’auteur détourne les clichés liés à cette thématique. L’horreur est là, palpable, mais sans aucune complaisance envers la violence et la monstruosité dont Laura a été la victime. Son humanité, son courage, sa capacité de résilience sont bien plus intéressants que les pensées d’un tueur.

Arab Jazz n’est pas un excellent premier roman, il est un excellent roman.

1312260953408502211846257Défi premier roman

4 réflexions sur “Arab Jazz de Karim Miské

  1. Merci pour les trois participations au Défi premier roman que tu annonces! Je viens de les relayer. Et celui-ci me paraît se pencher sur une thématique des plus intéressantes. Merci pour ces découvertes.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.