Lisette Leigh d’Elisabeth Gaskell

tous les livres sur Babelio.com

Édition Numeriklivres – 48 pages.

Présentation de l’éditeur :

Dans la campagne anglaise du 19e siècle, une famille de paysan est en deuil. Anne Leigh pleure la mort de son époux. Au lendemain de l’enterrement, elle décide de partir pour Manchester avec ces deux fils dans le but de retrouver sa fille, Lisette, bannie de la famille. Malgré la honte et le déshonneur dans une société anglaise particulièrement rigide, Anne mettra tout en œuvre pour se rapprocher de sa fille tandis que le fils ainé rencontrera le grand amour.

10371695_437754543028620_279394323770970294_n

Mon avis :

Cette courte nouvelle d’Elisabeth Gaskell dresse le portrait d’une famille dans l’Angleterre victorienne. Tous les membres de la famille sont soumis au père, qui décide de tout pour tous. Aussi, sa mort est presque une libération pour sa veuve : elle va pouvoir enfin partir à la recherche de Lisette, sa fille chérie, bannie pour être tombée enceinte sans être mariée. On ne badine pas avec l’honneur des filles, et il ne viendrait à l’idée de personne de blâmer le vil séducteur. Non ! Tout est la faute des filles – et pour lire actuellement un roman de Patricia Wenthworth, je me rends compte qu’en cent ans, la situation n’a guère évolué au Royaume-Uni.

Anne Leigh ne s’épargne rien pour retrouver sa fille, et a des avis très tranché, très progressiste sur la morale. Ainsi, l’un de ses fils tombe amoureux d’une douce, belle et généreuse jeune fille, il craint sa réaction quand elle découvrira le sort de Lisette. Le point de vue de sa mère est sans appel : « Si elle est aussi bonne que tu dis, elle a pitié des malheureuses comme Lisette. Si elle n’en a pas pitié, c’est une Pharisienne, et tu n’as pas besoin d’elle. »

Le dénouement montre d’un côté une évolution positive, une réussite pour madame Leigh, qui voit sa persévérance récompensée, de l’autre il n’a garde aussi le destin tragique de ses femmes et de ses enfants mis au ban de la société, laissé pour compte. Toutes les vies n’ont pas la même valeur. Elisabeth Gaskell s’emploie à nous démontrer le contraire.

 

13 réflexions sur “Lisette Leigh d’Elisabeth Gaskell

    • Je ne peux pas dire que j’ai aimé ou pas, j’ai eu tendance à l’analyser, à rester assez extérieur à ce texte, un peu comme si je devais le présenter dans le cadre d’un cours.
      Bises et bonne soirée à toi aussi.

  1. J’ai toujours Nord et Sud et Cranford (que tu m’as offert) dans ma PAL il va falloir que je me décide ! Pour ce mois anglais c’est fichu mais on peut lire anglais toute l’année heureusement ! 😉 L’époque victorienne est un vivier pour les écrivains mais je n’aurais pas aimé y vivre en tant que femme ou femme ET pauvre ! 😀

  2. Pingback: Mois anglais : le bilan | deslivresetsharon

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.