Onze jours de Donald Harstad

tous les livres sur Babelio.com

Mon résumé :

Au fin fond de l’Iowa, il ne se passe jamais rien. Un meurtre tous les cinq ans, tout au plus. Aussi, quand le shérif Carl Houseman et ses hommes reçoivent un appel au secours, ils ne s’attendent pas à découvrir trois cadavres atrocement mutilés. Le pire reste à venir.

 

1312260953408502211846257Défi premier roman

Mon avis :

Si je devais définir ce livre en un mot, ce serait « prenant ». Au début, sa lecture m’intéressait, j’avais très envie de connaître la suite. Après la page deux cents, c’était bien pire, je ne pouvais pas lâcher le livre.

Le personnage principal est un homme tout ce qu’il y a de plus ordinaire. La cinquantaine, marié, une grande fille, il a l’habitude des cambriolages, des personnes surprises en état d’ébriété, ou en possession d’une petite quantité de drogue. Il ne s’attend certainement pas à se retrouver avec un tueur sataniste dans son secteur, un tueur tout prêt à recommencer. Il s’attend encore moins à découvrir ce qui se cachent sous des personnes apparemment bien sous tout rapport.

L’enquête progresse, et c’est déjà ça, ai-je envie de dire. Elle progresse par à coups, tout simplement parce qu’il n’est pas facile d’interroger des personnes que l’on côtoie tous les jours, que l’on estime. Il est encore moins facile de penser qu’elles vous mentent – la découverte n’en est que plus douloureuse, surtout si ces mensonges ont ralenti le cours de l’enquête.

Quel est vraiment le pire, dans cette enquête ? Imaginer qu’un groupe de citoyens ordinaires soient capables de sacrifier un nouveau-né ? Penser qu’un homme, apparemment bien intégré dans la société, s’est transformé en tueur sanguinaire ? Ou, plus simplement, constater la facilité avec laquelle certains dérapent, adhèrent à des croyances les affranchissant de toutes les règles avec lesquelles ils vivaient jusqu’à présent ? Entrer dans une secte paraît incroyablement facile, et ce ne sont pas seulement des personnes vulnérables qui sont attirés par elles, non, ce sont, encore une fois, des personnes ordinaires, qui paraissent avoir réussi dans la vie – sans réussir cependant leur vie.

Onze jours, premier roman de Donald Harstad, est un polar sanglant et efficace.

91121022moisamericain50logo polar

 

 

15 réflexions sur “Onze jours de Donald Harstad

  1. Sanglant et efficace ? Je note d’autant plus que j’ai beaucoup aimé celui que j’ai déjà lu de cet auteur. Apparemment il met toujours des chiffres dans ses titres !

  2. Pingback: Les mois de d’avril et mai | 22h05 rue des Dames

  3. Pingback: Les mois de d’avril et mai | 22h05 rue des Dames

  4. Pingback: Bilan de la première année | 22h05 rue des Dames

  5. Pingback: 50 billets, 50 états – le bilan final | deslivresetsharon

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.