IL faut beaucoup aimer les hommes de Marie Darrieussecq

Mon avis :

Il faut beaucoup aimer les hommes est un livre que j’ai lu dans le cadre du Prix Océans et ce livre est la suite de Clèves, mettant en scène le même personnage de Solange, au prénom désuet. J’ai bien été tentée – conscience professionnelle oblige – de lire ce premier tome mais j’ai renoncé : s’il est proposé à la sélection, c’est qu’il est possible de le lire indépendamment du premier tome.

Solange en a fait du chemin, depuis la ville de Clèves. Elle est devenue actrice à Hollywood, caricature de la frenchy qui a réussi sans parvenir jamais à être considéré autrement que comme une actrice française, engagée pour son accent, bien qu’elle travaille assidument avec des coachs de toutes sortes. Elle m’a fait fortement pensé à une actrice française, expatriée de longues dates elle aussi. Certes, toutes ressemblances avec des personnes existant ou ayant existé, etc, etc… Mais dans un roman où l’on croise Georges (est-il besoin de préciser lequel ?) et Vincent Cassel, où l’on cherche des acteurs reconnus pour jouer dans Au coeur des Ténèbres, et étant moi-même une ex-blogueuse cinéma, je n’ai pas pu m’empêcher de faire ses rapprochements.

Rejoignons maintenant la fiction pure et dure : Solange est tombée amoureuse de Kouhouesso, et lui ne pense qu’au film qu’il souhaite réaliser. L’amour et le cinéma seraient-ils incompatibles ? Non, s’il s’agit de l’amour DU cinéma. Kouhouesso ne pense qu’à son film, s’y consacre entièrement, au point de ne pas voir Solange, réduite à attendre son retour, ou plus simplement, la réponse au sms qu’elle lui a envoyé. Le portable, ou l’autre moyen de se défiler, puisque l’autre peut être joint n’importe où, n’importe quand.

J’oubliai ce qui semble être la circonstance essentielle de cette histoire d’amour : Kouhouesso est noir, Solange est blanche. Naïvement, je croyais qu’en 2013, les couples mixtes étaient bien acceptés. Il faut croire que non. En tout cas, pas à Hollywood. Mais, sincèrement, dans cette histoire, qui est le plus mal à l’aise ? Qui balaie les phrases de Solange d’un revers de la main, comme si elle était forcément ignorante, parce que blanche, parce qu’européenne ? Qui ne rencontre jamais sa famille ?

Et quand le morceau de bravoure-catastrophe, à savoir le tournage dans la jungle est arrivé, j’avais déjà décroché depuis longtemps.

prix-occ3a9ans

challenge-1-littc3a9raire-20131

8 réflexions sur “IL faut beaucoup aimer les hommes de Marie Darrieussecq

  1. Même les avis enthousiastes ne m’ont vraiment pas tentée, je suis mon instinct de lectrice (si si ça existe) et je crois que je vais continuer à choisir mes lectures, y’a que ça de vrai ! 😉

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.