Archive | 29 avril 2014

Madame Hemingway de Paula McLain

couv11732920

Mon résumé :

Que sait-on de la première madame Hemingway ? Pas grand chose. Paula McLain lui donne la parole dans ce journal. Elle a 28 ans quand elle rencontre celui qui deviendra son mari. Il a 21 ans, il a combattu en Europe. Ils se marient, puis embarquent pour Paris.

f-scott-fitzgerald-an-american-icon-1Mon avis :

Livre lu il y a quelques semaines maintenant, et, comme à ma très bonne habitude, je le chronique plus tard.

Je me souviens m’être acharnée à le lire – il n’était pas question que je le rende à la bibliothèque sans l’avoir terminé. Pourtant, ce n’était pas une lecture désagréable, juste un peu pesante parfois.

Hadley Hemingway est la première femme d’Ernest, la moins connue. Mère de son fils aîné, elle et son fils apparaissent dans Paris est une fête. Ses petites-filles Margaux et Marielle furent actrices, Margaux eut un destin tragique. Hadley elle-même n’a pas eu une jeunesse facile. Son père s’est suicidé, sa soeur aînée, adorée, est morte dans ses circonstances tragiques. Hadley a pris soin de sa mère jusqu’à sa mort. Peu après, elle rencontre Ernest Hemingway.

Peut-on parler de coup de foudre ? Oui. En tout cas, cette histoire d’amour ne plaira pas à tout le monde : on se chargera de mettre en garde Hadley, on n’épouse pas ainsi,  quand on est une jeune fille de 28 ans, un jeune homme plus jeune que soi qui a été bourligué ! Elle franchira le pas, pourtant.

La vie ne sera pas facile au côté d’Hemingway. Hadley est une « terrienne », c’est à dire une femme réaliste, qui comprend très vite qu’elle passera avant le désir d’écrire d’Ernest. Elle mettra tout en oeuvre pour l’aider, sans pour autant renoncer à ses désirs. Ernest ne voulait pas d’enfants, elle parviendra tout de même à avoir un petit garçon. Elle fait, grâce à Ernest, de nombreuses rencontres, notamment pendant leurs années à Paris. Fitzgerald et Zelda apparaissent, fugitivement – mais, si j’en crois Paris est une fête, leurs relations seront bien plus développées. Elle l’accompagne à Pampelume, où Ernest l’initie à la tauromachie – dois-je vous rappeler ce que je pense de cet « art » ? Hadley semble parfois « à la traîne » des désirs et des ambitions de son mari.

Elle est choquée, aussi, par la manière dont certains vivent. Trop conservatrice, la douce Hadley ? Non. Elle ne peut comprendre ceux qui se déchirent, se blessent, se trompent, sans penser aux dommages qu’ils causent autour d’eux, y compris sur leurs propres enfants, simple quantité négligeable à leurs yeux. Elle qui n’est pas artiste, qui n’a pas envie de suivre la mode (bien qu’elle se soit fait couper les cheveux, elle trouve très vite que cela ne lui convient pas), peut-elle résister dans cet entourage cosmopolite ? Les belles jeunes femmes, journalistes, écrivains en devenir, gravitent autour du couple. Le talent d’Hemingway commence à être reconnu – lui-même n’épargne personne pour parvenir à ses fins, pourquoi épargnerait-il Hadley ?

Madame Hemingway est un portrait doux et mélancolique de la femme qui fut au côté d’un grand homme à ses débuts, et fut oubliée au profit de compagnes plus flamboyantes.

 

moisamericain

L’épée de cristal d’AJ Lake

couv15504875Présentation de l’éditeur  :

Emprisonné dans sa montagne, Loki attend son heure. Le démon devient de plus en plus puissant, provoquant guerres, tempêtes et incendies. Seule l’épée de cristal est capable de le tuer ou de briser ses chaînes. Affirmant son emprise sur Elsbeth, l’arme magique entraîne la jeune fille et son ami Edmund dans un dangereux voyage à travers les terres du grand Nord, hantées par les dragons de glace et les esprits des lacs. Perdue au beau milieu des neiges éternelles, jouet de forces supérieures, Elsbeth devra reprendre confiance en elle et écouter son cœur…

Mon avis :

J’ai deux certitudes : j’ai lu ce livre et je l’oublierai très vite. J’ai d’ailleurs du mal à rédiger cette critique !

Il est question d’un looooooooooooongvoyage effectué par deux compagnons pour gagner l’antre d’un méchant démon, avec pour guide une épée magique dont l’âme est celle d’une jeune fille qui s’est sacrifiée pour lui donner vie. Je ne spoile pas, je raconte les premières pages ! En effet, nous avons trois narrations dans ce livre :
– la manière dont l’arme a été conçue puis forgée.
– le voyage d’Elspeth et d’Edmund.
– la quête de Cluaran, un sage dont on découvre peu à peu le lien avec l’épée.

Le procédé est intéressant, encore faudrait-il que les récits le soient ! Beaucoup de morts, beaucoup de sacrifices pour un final qui ne m’a pas donné envie de lire la suite de ce livre.

Petite précision, pour ceux qui seraient tentés de lire ce livre : il y a deux dragons dans cette histoire. Ils semblent jouer tous les deux un rôle important, empêcheur d’accomplir la quête pour l’un, adjuvant pour l’autre.

L’épée de cristal est à réserver aux fans de Fantasy.

challenge-anglaischall3291121022