Bienheureux ceux qui ont soif d’Anne Holt

couv52369534.pngMon résumé :

Hanne, 34 ans, est une enquêtrice hors pair de la police criminelle. Très apprécié de ces collègues, elle leur cache pourtant un secret : Cécilia, sa compagne depuis quinze ans.
La brigade a fort à faire, avec les massacres du samedi soir. D’immenses flaques de sang sont retrouvés, sans que l’on sache s’il s’agit de sang humain ou de sang animal. Les analyses sont longues. Un samedi soir, le 29 mars, Kristine, jeune étudiante en médecine, est violée en rentrant chez elle. Pour Hanne, chargée de l’enquête, c’est un des pires crimes qu’il soit – et l’un des moins faciles à résoudre. Les deux affaires sont-elles liées ?

ob_f8548a_chall-nordique1

Mon avis :

J’ai commencé ce roman hier soir, et je l’ai lu quasiment d’une traite.

Excellent ? Oui, sans aucun doute. Effrayant ? Oui, aussi.

L’auteur, avocate spécialisée dans les droits de l’enfant, ex-ministre de la justice, dresse un portrait sans concession de son pays et de sa police, absolument débordée. Les policiers accordent toute leur attention aux meurtres (encore heureux), mais en sont réduits à classer les affaires de viols, faute de preuves. Les analyses prennent du temps, et si le coupable n’est pas déjà fiché, il ne court quasiment aucun risque d’être arrêté, à moins d’être un étranger. C’est bien connu, dans ce pays où tout va bien, ce pays pas raciste du tout, le coupable est forcément un étranger, en attente de régularisation. De là à dire qu’ils sont responsables de la montée de la criminalité dans le pays, il y a un pas que certains policiers ont déjà franchi allégrement – et je ne vous parle pas de ceux qui abusent de leur petit pouvoir.

Fait rare dans les romans policiers, cette oeuvre n’est pas centrée sur le coupable – pour ma part, j’en ai plus qu’assez de lire ce qui se passe dans le cerveau tordu du tueur – mais sur la victime. Contrairement à certains livres « bien de chez nous », la victime ne se remet pas immédiatement de ce qu’elle a vécu, elle n’est pas prête du tout à pardonner à celui qui a brisé sa vie. Essayer de se reconstruire ? Il faudrait d’abord qu’elle parvienne à vivre, à parler, à se confier à la personne qui lui est la plus proche. Seul problème : cette personne, c’est son père, et il souffre autant que sa fille de la voir ainsi. Ni l’un ni l’autre ne peuvent parler de ce qui est arrivé, encore moins se parler. Très vite, devant l’inertie et l’impuissance de la police, ils mènent leur enquête, chacun de leur côté, animé non par le sens de la justice (que fait-elle pour eux) mais par la vengeance.

Pas de vengeance dans ce beau pays scandinave, dit-on. Pas de violence, pas de brutalité. Les mots, crus, sont là pour prouver le contraire. Pas de racisme non plus – mais la joie de dénoncer un voisin que l’on juge suspect. La France des années quarante n’a pas le monopole de la dénonciation.

Bienheureux ceux qui ont soif est une œuvre âpre, qui donne une image sans concession de la Norvège.

91952462logo polar

Publicités

8 réflexions sur “Bienheureux ceux qui ont soif d’Anne Holt

    • C’est plutôt une bonne nouvelle pour moi !
      L’auteur change après de « héros », mais Hanne refait tout de même des apparitions. Ce qui lui arrivera dans un tome prochain fait qu’elle ne peut plus enquêter de la même manière.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.