Mon père n’est pas un héros de Christophe Léon.

Mon avis :

Le Japon est un pays avec lequel j’ai fait connaissance voici deux ans – d’un point de vue littéraire, entendons-nous bien. La casanière que je suis ne voyage que par les mots ou les images. Depuis 1945, les tragédies ont eu lieu sur le sol japonais, et toujours, les survivants, les témoins montrent retenue et dignité. Ils attirent aussi les auteurs, non comme des scribouillards avides de sensationnels, mais comme des hommes respectueux, décidés à ne pas oublier, et à réfléchir sur ces tragédies. Ce fut le cas de Kenzaburo Oé dans Notes de Hiroshima ou d’Underground d’Haruki Murakami.

Un auteur japonais aurait-il pu écrire Mon père n’est pas un héros ? Je n’en suis pas sûr. Pourtant, le texte de Christophe Léon est d’autant plus fort qu’il est concis. Ce n’est pas une lettre ouverte dans un journal, ce n’est pas un témoignage mis sur un réseau social, non, c’est une lettre privée au patron de l’entreprise qui employait le père du narrateur, un an après le drame de Fukushima. Noriaki a 14 ans, et suffisamment de recul, de maturité, pour analyser ce qu’il a vécu, pour exprimer son ressenti, et sa colère.

Noriaki, sa petite soeur Emiko et ses parents formaient une famille unie, avant la catastrophe. Une famille ordinaire : le papa est ingénieur, la petite soeur va au jardin d’enfants. Les parents sont soucieux de leurs enfants, de leur réussite, sans excès. Ils participent aux fêtes japonaises traditionnelles.

Puis vint Fukushima. Noriaki retranscrit alors les différentes étapes de ce qui a eu lieu, et surtout le geste fort de son père, et d’autres avec lui, qui se sont portés volontaires. Qui sont restés à leur poste. Qui ont aidé les secouristes. Non pour la gloire ou l’argent. Par devoir. C’est vraiment le mot qui ponctue le texte  : devoir. Il raconte aussi l’envers du décor, les familles, qui ne savent rien ou presque, les médias, quasiment muets, l’obligation de chercher de véritables informations sur internet. Et enfin, le dénouement. Le soulagement ? Pas vraiment.

Mon père n’est pas un héros est un texte coup de poing.

91121022chall32

9 réflexions sur “Mon père n’est pas un héros de Christophe Léon.

  1. Pingback: [Challenge jeunesse / Young Adult] Bilan #7 | Muti et ses livres

  2. Pingback: [Challenge jeunesse / Young Adult] Bilan #8 | Muti et ses livres

  3. Pingback: [Challenge jeunesse / Young Adult] Bilan #9 | Muti et ses livres

  4. Pingback: Challenge 1 % littéraire 2013 : le bilan | deslivresetsharon

  5. Pingback: [Challenge jeunesse / Young Adult] Bilan #10 | Muti et ses livres

  6. Pingback: [Challenge jeunesse / Young Adult] Bilan #11 | Muti et ses livres

  7. Pingback: [Challenge jeunesse / young adult] Bilan #12 | Muti et ses livres

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.