Archive | 23 mars 2014

Danse avec l’ange d’Ake Edwardson

couv18536648Mon résumé :

Un jeune homme est retrouvé assassiné dans des conditions atroces en Suède. Au même moment, un jeune suédois a été tué dans les mêmes circonstances en Angleterre. Winter en Suède et MacDonald en Angleterre unissent leur force pour trouver le coupable.

Mon avis :

Autant vous avertir tout de suite :
– ma première expérience avec Ake Edwardson a été une catastrophe dont je me souviens encore, quatre ans après.
– les avis que j’ai lu sur ce livre sont tous très négatifs.
Aussi, je vous surprendrai sûrement en disant que j’ai adoré ce livre, littéralement, justement pour les raisons qui font que d’autres le détestent.
Ce livre parle d’un tueur en série particulièrement sanguinaire, qui filme en plus ses exploits. Si vous êtes coutumier des thrillers, vous devez bien connaître ses looooooooongues scènes, pendant lesquels aucun détail ne nous est épargné. Je connais même des auteurs qui n’hésitent pas à répéter trois/quatre fois la scène, au cas où toute l’horreur n’aurait suffisamment frappé le lecteur – à moins que l’auteur ne prenne son lecteur pour un crétin, c’est possible aussi.
Rien de cela ici. Nous avons bien des faits bruts, qui nous sont livrés, clair, net, précis. L’horreur est à lire aussi dans le regard des enquêteurs, dans leur réaction. Il tient aussi dans la réaction des familles, dans leur souffrance, leur incrédulité, leur colère aussi. Toutes les familles n’ont pas envie de gentiment collaborer avec les gentils policiers qui leur ont appris la mort de leur fils dans des circonstances atroces.
L’enquête mène Winter de la Suède à l’Angleterre, entre deux coups de fil de ses parents, qui vivent une retraite paisible en Espagne. Lui ne l’est pas : comme les autres policiers, il n’a qu’une crainte, que le tueur recommence. Ils se sentent d’autant plus impuissants que les pistes sont très minces.
A aucun moment, nous ne sommes dans la tête du tueur, et ce n’est pas plus mal. Nous saurons en partie son mobile à la fin. NOui, ne pas avoir toutes les explications a gêné certains lecteurs. Pas moi. L’auteur en dit suffisamment, même de manière implicite, pour que l’on puisse reconstituer les motivations du tueur, et retracer son parcours criminel – ou comment jouer à cache-cache avec la police est plus facile qu’on ne le croit. De même, l’une des révélations du dénouement ne surprendra absolument pas ceux qui regardent des séries comme Esprits criminels.
Danse avec l’ange est un polar qui parle tout en finesse de thèmes sombres et sanglants.

91952462Winter on the island II91121022logo polar