Archive | 12 mars 2014

Hugo Lachance de Chris Riddell

Présentation de l’éditeur :

Mon résumé :

Le destin d’Hugo est celui d’un héros de conte de fées. Ces parents sont morts, il a été recueilli par un charmant couple sans enfants. Mais un jour, il est pris de l’envie de retourner chez lui et, qui sait ? de retrouver des membres de sa famille.

Mon avis :

– L’histoire n’est pas terminée, dit-il d’une voix tremblante d’émotion. Et nous avons toute la nuit pour lui donner une fin heureuse.
Tout n’est pas tout rose, dans ce roman de Chris Riddell. Certains épisodes sont même particulièrement dramatiques. La différence n’est pas seulement que nous sommes dans un roman de littérature jeunesse, elle est que l’auteur œuvre de manière à ce que les personnages ne s’avouent pas battus d’avance, même si les obstacles semblent insurmontables. Cela peut prendre du temps, de se remettre d’un drame. Cela peut prendre encore plus de temps de chercher à se venger. Autant Chris Riddell manifeste beaucoup de tendresse pour les personnages qui se laissent submerger par les épreuves, par les obstacles, et restent dignes, prêts à retourner à leur combat quotidien, autant il n’en a aucune pour ceux qui pensent paraître supérieur en abaissant les autres. Mention spéciale pour l’évolution du journal local – ou comment passer d’un véritable travail d’investigation (voire d’exploration) à ce qui existe de pire, entre ragots et placement de produits.
La forme de ce troisième volet des aventuriers du très très loin est originale. En effet, le récit premier encadre des récits secondaires, qui nous en apprennent beaucoup sur le passé des différents protagonistes et nous permettent de comprendre quels liens, parfois étroits, les unissent. Et il ne suffit, parfois, que d’un retour inattendu pour les resserrer davantage.
Ce troisième volet des aventures du très très loin est tout aussi réussi que le premier. J’espère que le tome 2 sera à nouveau bientôt disponible.  

challenge-anglais

Cinq semaines en ballon de Jules Verne

tous les livres sur Babelio.com


Mon résumé :

Traverser l’Afrique dans un ballon est une entreprise folle, surtout au XIXe siècle. Autant dire que le docteur Samuel Ferguson est un fou, même aux yeux de Dick Kennedy, son meilleur ami. Pourtant, le docteur ne renonce pas à son projet : il emmène avec lui Joe, son fidèle domestique. Et si Dick se joignait finalement à eux ?

Mon avis :

J’avais lu Cinq semaines en ballon pendant mon adolescence, je le relis aujourd’hui, à la faveur d’une lecture commune pour laquelle je suis très en retard.
L’univers de Jules Verne est un univers très masculin : ne cherchez pas une femme pour empêcher le professeur Ferguson de mener à bien son grand projet. Nous retrouvons sans surprise, pour ceux qui sont familiers de l’œuvre de Jules Verne, le savant, son fidèle domestique (voir Conseil et Passepartout) et son ami, moins scientifique, plus pragmatique.
Il est nécessaire de remettre l’oeuvre dans son contexte. Le continent africain était mal connu, les explorateurs s’étaient succédé, et n’avaient parfois pas pu mener leur mission à bien, les clichés étaient nombreux, et le récit s’en fait l’écho. Ce serait oublié les aventures que Jules Verne fait vivre à son trio inséparable. Ce serait oublié les paysages africains, décrits avec fougue, et la faune que rencontrent nos aéronautes. Premier des voyages extraordinaires, Cinq semaines en ballon ne subit pas ce découpage qui ralentira parfois l’action des romans suivants (un chapitre voué aux explications, un autre à la narration). Si l’action est un peu longue à démarrer, c’est parce que les préparatifs du voyage n’allaient pas de soi. Par contre, une fois le voyage débutée, plus rien ou presque ne pourra les arrêter – et les aventures qu’ils vivront auront de quoi faire frémir les jeunes lecteurs.
Ce récit montre aussi que les meilleurs peuvent être gagné par l’appât du gain. Il montre aussi que les conditions difficiles de survie, sur ce continent. Les besoins vitaux prennent parfois le pas sur l’exploration proprement dite.
Cinq semaines en ballon, ou l’oeuvre qui révéla Jules Verne.91121022