Mélo de Frédéric Ciriez

tous les livres sur Babelio.com

Mon avis :

En dépit de son titre, Mélo ressemble davantage à une tragédie contemporaine qu’à un mélodrame. L’unité de lieu (Paris et sa région) et de temps (la veille du 1er mai) créent véritablement le lien entre les trois récits plus que les trois personnages qui en sont les héros.
La solitude semble être leur point commun. C’est d’autant plus frappant pour le premier. Dépouillé de son nom, il n’est défini que par son engagement syndicaliste, et par ses échecs dans sa vie personnelle. Le choix d’une narration à la troisième personne, désincarnée, froide, sèche, m’a empêché de ressentir de l’empathie pour lui. Ce choix a cependant l’avantage de renforcer le caractère inéluctable de son destin.
A côté, le personnage de Parfait paraît plus optimiste et m’a permis de découvrir un milieu qui m’était entièrement inconnu jusqu’alors, celui des Sapeurs. L’adhésion au personnage était renforcée par la narration à la première personne : le lecteur est véritablement toujours en compagnie de Parfait. Sa solitude est pourtant aussi grande que celle de son ami, si ce n’est qu’il l’a choisie. Quant à Barbara, la jeune étudiante d’origine chinoise, qui vend à la sauvette à l’heure du commerce électronique, elle a beau parcourir Paris en roller et entretenir un contact étroit avec sa clientèle, elle n’en reste pas moins seule, jusqu’au bout.
Syndicalisme, sape, vente à la sauvette : Mélo se voudrait-il un portrait de notre société de consommation ? Parfait et les siens se battent non à coup de vêtements, mais à coup de marques, toutes plus prestigieuses, plus imposantes les unes que les autres. Sa propre fille, qui n’a que sept ans, est définie parce qu’elle possède, non parce qu’elle est. Barbara achète et revend des gadgets divers et variés, joue sur les stéréotypes un brin racistes – même Parfait se laisse prendre aux apparences, lui qui sait pourtant à quel point elles sont trompeuses.
Désespérant ? Oui. Même si les personnages laissent tomber leurs oripeaux, au propre comme au figuré, reprenant ainsi corps devant nous, Mélo reste une œuvre résolument désenchantée.

J’ai lu ce livre dans le cadre du prix Océans France O.

5 réflexions sur “Mélo de Frédéric Ciriez

  1. Oui mais tu en fais une bonne analyse. Les personnages, surtout Parfait et Barbara deviennent presque touchants dans leur solitude. Par contre, ce qui alourdit cette lecture sont tous ces errements à bord de la Xantia ou du camion.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.