Courir sur la faille de Naomi Benaron

couv50579525Présentation de l’éditeur :

Depuis le jour où il comprend que la course à pieds est sa passion, le jeune Tutsi Jean Patrick Nkuba n’a qu’un rêve : devenir le premier champion olympique du Rwanda. Mais les gens comme lui ne sont pas censés gagner… Avril 1994 : le pays s’embrase et Jean Patrick se trouve sans protection… Si ce n’est celle de son énigmatique coach, qui plus que quiconque croit en la réussite de ce jeune athlète. La seule solution : lui procurer une fausse carte d’identité ethnique pour échapper aux génocidaires et tenter d’accomplir sa destinée. Mais peut-on renier ses origines ? Et que sont devenus les siens ? Le temps passe. Les retrouver sera la course de sa vie.

91121022challenge-1-littc3a9raire-20131

 

 

 

 

Mon avis :

Dur, âpre, difficile : Courir sur la faille est une lecture qui ne laisse pas indemne. Je vous conseille fortement de la morceler, ou de le lire entre deux ouvrages plus ludiques.

Nous découvrons dans ce premier roman le destin de Jean Patrick Nkuba. Il porte le prénom de son oncle décédé, bien avant sa naissance, lors d’un massacre oublié de tous à l’époque, sauf de la mère de Jean Patrick : La peur me suit comme une ombre, partout où je vais. Je ne me rappelle pas avoir dormi tranquillement depuis l’époque où j’étais enfant.

Son père meurt dans un accident alors qu’il n’a que neuf ans. Il était un humaniste, croyait à une entente possible entre Tutsi et Hutu. Sa veuve et ses enfants partent vivre chez un oncle. Pour un Tutsi, il faut travailler deux fois plus dur pour espérer avoir une place dans un bon établissement – avoir une place tout court.

Et les tensions montent, inexorablement. D’autres morts aussi. Chacun ses engagements. Pour Jean-Patrick, ce sera ses jambes, qui devront le mener à la victoire – pour qu’un Tutsi représente le Rwanda aux Jeux Olympiques. Pour Roger, son frère, ce sera la lutte armée.  Si les deux frères sont choisis des voies différentes, leur amour des leurs, leur respect mutuel n’est pas remis en cause, jamais. C’est un parcours semé d’embuches qui attend chacun d’eux – et encore, je n’en dévoile pas trop – et qui mènera le lecture au coeur du Rwanda. Au coeur des contradictions du peuple rwandais, et des étrangers qui vivent parmi eux.

Un très beau roman.

Merci à Jostein de l’avoir fait voyager jusqu’à moi.

.

1312260953408502211846257Défi premier roman

8 réflexions sur “Courir sur la faille de Naomi Benaron

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.