Jeune fille vue de dos de Céline Nannini

tous les livres sur Babelio.com

Présentation de l’éditeur :

Je n’arrive à faire face à rien. On ne peut me voir que de dos. C’est le journal de cette incapacité. Un ami m’a poussé à l’écrire. Il y a chez moi cette impossibilité d’agir, comme si j’étais allergique à tout ce qui pourrait m’engager dans quelque chose. Si je m’envole souvent c’est pour être sûre de retomber sur la tête. De toute façon (vous verrez), il ne se passe rien avec moi. Je dois avouer que je ne suis plus une jeune fille, même si je ne parviens pas à être autre chose.

1312260953408502211846257Défi premier roman

Mon avis :

Jeune fille vue de dos pourrait être le titre d’un tableau. Il est celui d’un récit court (moins de 150 pages). Il prend la forme d’un journal, sans que les fragments soient datés avec précision. Cependant, il est possible de percevoir sa chronologie linéaire, rythmée par les sorties littéraires (Hymne de Lydie Salvayre) ou cinématographiques (le dernier James Bond).
La narratrice, paradoxalement, écrit son incapacité à écrire, l’impossibilité de décider quoi que ce soit dans sa vie – ou comment mettre des mots sur sa procrastination chronique. Pourtant, elle rencontre des amis (Fred et Diane semblent les seuls éléments stables de sa vie), voyage à travers le monde, sans jamais se poser, sans jamais envisager un avenir quelque part.
Le vocabulaire utilisé est simple, mêlant parfois des termes familiers à des tournures précieuses: « le lieu est chouette, quoique peu remarquable », p. 34 La syntaxe très proche de l’oralité. Je pense à l’emploi du pronom « on » ou à l’omission de « ne » dans les phrases négatives. J’ai vu, parfois, comme une tentative pour écrire des poèmes en proses, non seulement dans certains fragments bien délimités, mais aussi dans l’ensemble du récit, avec des assonances, des répétitions, ou, plus simplement, des phrases construites de manière binaire (ah !les nombreuses conjonctions de coordination !).
Cependant, j’ai eu surtout l’impression de lire un carnet sur lequel des notes étaient écrites à la volée, comme si la narratrice cherchait à garder une trace lapidaire de ses lectures, de ses sorties. Je ne compte plus le nombre de fois où elle parle de ce qu’elle a mangé, de ce qu’elle a bu, des conversations qu’elle a eues avec ses amis. Si ce genre d’écrit est intéressant pour soi-même, il l’est moins pour un lecteur qui n’en est pas l’auteur. La narratrice dit : « Je voudrais simplifier mon existence pour n’en garder que la vie », p. 66. Il me semble que ce récit en manque cruellement.

J’ai lu ce livre dans le cadre du prix Océans France O

15 réflexions sur “Jeune fille vue de dos de Céline Nannini

  1. Houmpf – il me semble avoir vu ce titre quelque part dernièrement, mais ton billet ne m’engage pas à y aller voir de plus près… Merci pour ta participation au défi Premier roman!

    • J’ai essayé de rester modérée dans mon avis, afin de ne pas décourager ceux qui auraient envie de le lire. Peut-être que des personnes qui passent leur vie à refaire le monde devant un verre de vin, avec leurs amis, se reconnaîtront. Pas moi.
      Merci d’avoir repris ce défi !

  2. Pingback: Bilan de janvier 2014 | deslivresetsharon

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.