Moyenne de Laurence Kiberlain

tous les livres sur Babelio.com

Présentation de l’éditeur :

 » J’ai toujours été moyenne en tout. Moyenne en cours, j’ai eu le bac avec la moyenne, j’étais moyenne à la fac, moyenne jolie, moyenne intelligente, moyenne intéressante.
Certains événements m’ont obligée à me dépasser.
Depuis je ne peux plus n’être que moyenne.

Mon avis :

J’ai commencé ce livre hier, je l’ai terminé ce matin, je le quitte à regret, je n’ai pas envie de le refermer, je prolonge donc ma lecture par l’écriture de cet avis.

A une époque où les reportages sur les maternités, les merveilles accomplies par la science, foisonnent, et se terminent immanquablement par la « victoire », c’est à dire le retour à la maison, l’auteur nous raconte la naissance de ses jumeaux, la mort de son petit garçon, à huit jours, puis son combat pour sa fille handicapée – combat qui dure depuis quinze ans. Elle en parle sans pathos, sans fioriture aussi, elle montre la réalité du corps souffrant, des parents qui vivent au jour le jour. Elle parle aussi du rôle des proches, et le récit sonne comme un hommage à son père, sa mère et sa sœur. Pas de prénoms, juste la force des liens qui unissent, ou des liens qui se dénouent.

Elle parle aussi de sa vie, de sa volonté de s’épanouir, d’être heureuse, enfin, dans sa vie de femme, malgré tout, ai-je envie de dire. Elle parle de la nécessité de se dépasser, de dépasser ce qui l’avait handicapée dans sa jeunesse – et sa fille de lui répondre « qu’elle ne sait pas ce que c’est d’être handicapée » – de dépasser aussi le regard et les préjugés des autres, toujours vivaces en 2013.

Moyenne est un beau récit, n’hésitez pas à le lire.

7 réflexions sur “Moyenne de Laurence Kiberlain

  1. moi aussi j’ai adoré, je l’ai lu sans m’arrêter, je trouve très simple et efficace sa façon de nous parler de choses plutôt graves sans vouloir nous faire pleurer, elle nous raconte les évènements qui l’ont aidée à avancer, mais nous laisse imaginer que « nos » évènements sont tout aussi important que ceux dont elle parle; l’important c’est ce que nous faisons de ce qui nous arrive, et c’est en ça que j’ai aimé. J’aime le fait qu’il n’y ai pas de prénom, on s’approprie plus facilement toute cette histoire, et qu’elle n’essaie pas d’écrire de façon compliquée, c’est simple et fort;

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.