Le vrai monde de Natsuo Kirino

couv50259438Présentation de l’éditeur :

Banlieue de Tokyo. Quatre jeunes filles, Toshiko, la sérieuse, Terauchi, la douée, Yuzan, la paumée et Kirazin la fêtarde, passent un mois d’août horriblement lourd et studieux dans une école spécialisée dans le bachotage lorsque, un matin, Toshiko entend du bruit dans la maison d’à côté. Intriguée, elle demande au fils de la voisine si tout va bien et celui-ci, surnommé « le lombric » parce qu’il est mal foutu et ne réussit pas en classe, lui répond que oui.Quelques heures plus tard, Toshiko s’aperçoit qu’on lui a volé son vélo au lycée. Elle n’en dit rien et se tait sur ses soupçons, car rentrée chez elle, elle s’aperçoit que « le lombric » a disparu et que sa mère a été assassinée à coups de batte de base- ball. Aussitôt alertées et mises dans le secret par « le lombric » en personne, les quatre jeunes filles vont s’acoquiner pour aider le jeune assassin que, pour des raisons propres à chacune, elles considèrent comme une espèce d’antihéros de la société japonaise.

logo polar

Mon avis :

Ce roman est le deuxième livre que je lis de cette auteur, après Intrusion, en 2011. Le point commun entre ses deux livres est qu’ils sont considérés comme des romans policiers, alors qu’ils ne le sont pas à mes yeux. Je considère plutôt Le vrai monde comme un état des lieux de la jeunesse japonaise, à l’égal des romans de Ruy Murakami.

Nous avons quatre adolescentes, délaissées par leurs parents. Ceux-ci sont trop pris par leur travail, ou par d’autres centre d’intérêt (les bars semblent avoir leurs attraits). Elles préparent pourtant l’entrée de prestigieuses universités, sachant que l’important, ensuite, est de se trouver un bon mari, qui vous offrira une bonne situation – et non d’avoir un métier qui vous convienne et vous permette de vous épanouir.

C’est peu de dire qu’elles se cherchent. Pour certaines, elles sont même carrément paumés ! La preuve ? Elles aident « le lombric » à prendre la fuite, lui qui vient d’assassiner sa mère, le plus « normalement » du monde. N’essayez même pas d’imaginer une once de remords de son côté, son acte est tout à fait justifier à ses yeux – deux mondes vivent l’un à côté de l’autre, celui des adultes, et celui des enfants.

Le fait que chaque chapitre épouse le point de vue de chacun des protagonistes aide à mieux comprendre le mal-être, la dérive des quatre amies – et du lombric. Même si Thoshiko prend un pseudo pour exister, elle semble plus lucide, plus mûre, moins engluée dans une quête identitaire. Yuzan aussi sait qui elle est – elle a simplement beaucoup de mal à l’assumer. Terauchi et Kirazin n’en sont pas là, elles oscillent entre ce qu’elles paraissent être, et ce qu’elles sont réellement – mais le savent-elles elles-mêmes ? Les adultes qui les côtoient sont soit indifférents, soit extrêmement durs avec eux – quand ils ne cherchent pas à profiter de jeunes étudiantes.

Ce « vrai » monde est froid, inquiétant. Le dénouement lui-même est perturbant. Une oeuvre forte.

écrivains

 

24 réflexions sur “Le vrai monde de Natsuo Kirino

      • J’ai parfois un peu de mal à aller vers des genres
        que je connais peu ou pas même si je ne suis pas fermée. En même temps on ne peut pas tout lire d’un coup et j’ai encore de belles heures de découverte devant moi. 😉

        • D’un autre côté, après des années « d’ouverture », des années à lire de la littérature contemporaine pure et dure, moi qui ne lisais que des classiques et des romans policiers, je suis revenue à mes premières amours – et la littérature policière est vraiment très vaste….
          C’est vrai qu’on ne peut pas tout lire d’un coup, mais je privilégie vraiment la lecture-plaisir, et tant pis si certains titres étonnent (la littérature young adult, par exemple).

  1. J’ai lu « Monstrueux » et je suis d’accord avec toi, ce ne sont pas des thrillers. L’auteure semble très critique sur la place de la femme dans la société japonaise.

  2. Pingback: Challenge Écrivains japonais : Récap’ d’octobre | Adalana's Imaginary World

  3. J’ai des News à toi que je ne reçois pas et ce n’est pas la première fois que je remarque !!! 🙄 Depuis le temps que je dis qu’il faut que je me remette à la littérature japonaise, il va falloir ! Je note celui-ci, il devrait me plaire !

  4. Hum, je pense que le thème me dérangerait un peu trop et me mettrais trop mal à l’aise pour que je puisse lire ce livre, même s’il a l’air très intéressant. Comme tu dis, la lecture est avant tout un plaisir et ça ne sert à rien de se forcer.

  5. Pingback: Saison 2 : Challenge Cartable et Tableau Noir ! |

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.