Archive | 7 octobre 2013

Les traces de l’araignée de Kathy Reichs.

Mon résumé :

Le corps d’un noyé est retrouvé au Canada, et Tempérance Brennan doit l’identifier. Elle y réussit sans peine. Problème : John Lowery dit l’Araignée est mort au champ d’honneur, et est enterré depuis près de 40 ans. Que s’est-il passé ?

moisamericainMon avis :

Je pourrais faire court, et vous dire que je n’ai pas aimé ce roman, à mes yeux un immense cafouillis, plein de ficelles plus grosses qu’un Saint Bernard obèse. Je ferai cependant un peu plus long.

J’ai commencé la lecture de ce livre avant de me replonger (sans jeu de mots) dans mes recherches généalogiques et de découvrir des décès plutôt horribles dans les archives des années 1910. Cette lecture, même ponctuée de crimes et d’attentat m’a semblée plus reposante.

Pourquoi ? Parce que la lecture des romans d’Indridason a considérablement changé ma vision de ces romans ou l’autopsie et les analyses scientifiques prennent le pas sur le facteur humain. Je n’ai pas besoin d’explication d’une longueur infinie, du questionnement d’une brigade de scientifique au grand complet, pour apprendre que deux individus ont été dévorés par des requins ou que l’on ne sait plus très bien l’identité des trois corps d’anciens combattants du Vietnam.

Et là, j’aurai aimé en savoir plus que ce qui m’a été donné. Sur eux, sur leurs familles, sur leur motivation. Sur la détresse des familles qui découvrent qu’elles se recueillent sur le corps d’un inconnu depuis des années, ou bien qu’elles n’ont toujours pas retrouvé le corps de leur fils, de leur frère, aimé inconditionnellement. Pour une française comme moi, qui n’ai pas cette « culture militaire », il est étonnant de lire à quel point l’armée est au cœur du pays, à quel point les soldats des guerres passés ne sont pas oubliés. « Jusqu’à ce qu’ils soient rentrés au pays » prend alors tout son sens – même s’il faut des années pour retrouver les corps. Je ne suis pas sûre, pourtant, de trouver cette devise si rassurante que cela.

Puis… même si la fille de Tempérance a perdu son ami de coeur, je trouve qu’elle a une faculté de résilience absolument incomparable, surtout après son départ avec sa maman, pour se remettre, à Hawaï. Maman Tempérance qui, pour aider sa fille, ne trouve rien de mieux que de lui coller dans les jambes Lily, la fille junkie de Ryan, et Ryan lui-même. Péripéties et bouderies en perspectives, disputes entre ex et peut-être nouveaux conjoints ne font que retarder définitivement le dénouement de l’intrigue, sans oublier la traditionnelle tentative de meurtre contre Tempérance.

La trace de l’araignée est un livre à réserver aux fans pur et durs de Tempérance Brennan.

 

logo polar