Archive | 27 juillet 2013

Les plumes d’Asphodèle

logo-plumes2-lylouanne-tumblr-com

Les mots à placer étaient retour, euphorie, liesse, valise, chant, solitude, larme, immortel, mouchoir, voyage, destination, horizon, retard, trajet, rupture, retraite, rater et incandescent, impétueux, inverser.

Ne me dites pas de me calmer, je n’en ai pas du tout l’intention ! Je vous ai réunis ici pour faire le point. La première est dans deux jours. Noémie, qui tenait le rôle principal, a claqué la porte en route vers d’autres horizons théâtraux, et …. Jeanne, non, Jeanne, sèche tes larmes (passez lui un mouchoir, elle a déjà utilisé les deux paquets que je lui ai donnés !) Je sais qu’apprendre ce rôle en moins d’une semaine est une gageure, et c’est pour cette raison que nous avons caché des antisèches dans les manches et dans les pots de fleurs qui ornent la scène. Aux grands maux, les grands remèdes.

    Barbara, continue ainsi. Non, sincèrement, tu es née pour jouer ce rôle de tueuse à gages sous tranquillisant.

    Max. Max ? Max ! (Hurlements puissances maximales). J’ai toute ton attention ? Oui, j’ai la voix qui porte, les cours de chant que j’ai pris ne sont peut-être pas totalement inutile. Sais-tu que tu  interprètes le rôle d’un mari jaloux, froid et calculateur ? Oui ? Merveilleux ! Peux-tu m’expliquer pourquoi j’ai l’impression de voir Zaza Napoli, le retour ? Tu as voulu apporter une touche personnelle à ton interprétation ? Max, le metteur en scène, c’est moi, n’inverse pas les rôles. Suis mon conseil : dépersonnalise. Et ôte-moi cette écharpe à fleurs, elle jure affreusement avec ton tee-shirt à pois.

– Philipe. Non, ne pâlis pas tout de suite, je n’ai encore rien dit ! Je sais, je sais, tu n’es pas responsable de ton abominable costume de scène, et si le costumier n’effectuait pas actuellement une retraite dans une cellule de dégrisement, je lui demanderais comment il a pu créer un manteau aussi laid. A croire qu’il t’en veut personnellement. Il t’en veut personnellement ??? Depuis votre rupture ??? Stop, revenons à l’immortel drame que vous jouerez dans deux jours devant une salle en liesse. D’après les notes de mon prédécesseur – il m’en a confié sans retard une valise pleine – ton personnage, impétueux, doit exprimer « l’euphorie d’une passion incandescente. » Tu as l’impétuosité d’une salade d’endives au yaourt ! Tu n’es pas à l’aise avec ton personnage ? Tu aurais besoin d’un peu plus de solitude pour effectuer le trajet entre ton moi profond et ce coureur de jupon ? Zut, alors, j’ai dû rater un épisode dans les nouvelles techniques d’apprentissage d’acteurs pendant mon voyage en Autriche, que j’ai interrompu destination ce sublime théâtre pour remplacer au pied levé Louis Rameau.

Oui, je lui ai rendu visite. C’est gentil de prendre de ses nouvelles. Il va bien, pour quelqu’un qui s’est pris le décor sur le corps. Il est surtout extrêmement lucide et m’a dit qu’il préférait être à sa place qu’à la mienne. Non, ce n’est pas bon signe !