Zalbac Brothers de Karel de La Renaudière

Mon avis :

Merci à Babélio et aux éditions Albin Michel pour ce partenariat, ans le cadre d’une opération Masse Critique spéciale.
Depuis que j’ai terminé la lecture de ce livre, c’est à dire depuis presque deux semaines, je me demande bien comment je rédigerai mon avis. L’indulgence a ses limites, donc autant que je sois le plus sincère possible.

J’ai déjà eu un petit soucis avec le titre : Zalbac Brothers. Bien sûr, si l’on inverse, on obtient Balzac, et l’on pense immédiatement à la Comédie humaine, à Rastignac et son désir de conquérir Paris. Zalbac m’a fait penser à Rosemary Albach-Retty et à l’un de ses derniers rôles dans La Banquière. Autant dire qu’un auteur ne maîtrise pas toujours les associations d’idées qu’il fait naître.

Son héros, Jean, est orphelin, né des amours de sa mère et d’un étudiant américain. Il a grandi et a étudié aux Andelys (moi aussi), chez les jésuites (j’étais à saint Joseph) où il s’est fait un « ami » pour la vie. Il étudie à Paris, il apprend les arcanes de la finances et le violon, puis part à New York où il est remarqué par Bruce Zalbac lui-même. Jean gravit ensuite un à un les échelons de la société, en dépit d’ennemis nombreux. Il vivra d’autres coups durs, surtout après la mort de son mentor, qu’il surmontera vaillamment (ou pas). Si vous avez déjà l’impression d’avoir lu cette histoire quelque part, c’est normal, elle est extrêmement classique, pour ne pas dire que les clichés succèdent aux rebondissements invraisemblables.

Je ne vous les dévoilerai pas, rassurez-vous. Cependant, l’un d’entre eux, le principal, m’a semblé tout droit sorti d’un Harlequin, et ce que j’accepterai sans souci de l’un, ne passe pas dans un roman qui se veut sérieux (ou alors, il s’agit d’une parodie, et je suis passée à côté). Je n’ai pas trouvé de personnages sympathiques, sauf, le temps d’une apparition, le luthier qui répare le violon pulvérisé de Jean, et les (authentiques) violonistes croisés lors de cette visite.  Les hommes ne pensent qu’à vaincre, s’enrichir, les moyens ne comptent guère, les êtres humains non plus.  Quant aux femmes, elles sont caricaturales. Prenez Charlotte, la partenaire de couette de Jean : rien dans la tête (et pourtant, elle dirige une partie importante de l’entreprise familiale), tout dans les caprices et les bouderies. Prenez son « amie », elle excelle surtout dans les duperies et la fréquentation « par amour » des clubs libertins – et un autre clin d’oeil appuyé à l’actualité. Même Susan est un cliché de la littérature à l’eau de rose.

Je garde un point positif pour la fin : ce livre est très facile à lire, les pages se tournent toutes seules et peut éventuellement constituer un divertissement – si vous êtes indulgent.

challenge-ny-2013

7 réflexions sur “Zalbac Brothers de Karel de La Renaudière

  1. Le nom ou le pseudonyme de l’auteur est remarquable.
    Quant au titre puisqu’il s’agit d’un roman français, il est vraiment nase de chez nase…Je n’ai jamais lu d’ Harlequin, faudrait que j’essaye quand même…

    • C’est un pseudonyme, d’après ce que j’ai pu en lire. En Normandie, j’ai parfois vu des maisons de campagne nommé « La renaudière » (origine du pseudo ?).
      Merci Mind the gap : je pense exactement la même chose du titre de ce roman !
      L’avantage des Harlequins, c’est que le lecteur sait à quoi s’attendre !

  2. Pingback: Challenge New York en littérature 2013 : top départ | Enlivrons-nous, le blog d'Emily

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.