L’école des petits vampires, tome 2

P0781

Mon résumé :

Revoilà les élèves du célèbre collège d’ensaignement Comte-Dracula. Et revoilà leur professeur Archibald Dufond-Duchâteau. Il ne souhaite qu’une chose : rencontrer une gentille vampire et avoir pleins de petits vampires, qui, comme chacun le sait, sont apportés par les chauve-souris. Seulement, rien ne se passera comme prévu. Il peut néanmoins compter sur ses élèves, pour le meilleur comme pour le pire.

Avertissement :

Ce sont des vampires. L’histoire est donc parfois un peu sanglante. Ne ratez pas, p. 19, la sangria du tonnerre pour vampire amoureux.

Mon avis :

Divertissant et rafraîchissant – pour qui aime les vampires, comme moi.

Les élèves ne sont pas tellement plus agités que les élèves « ordinaires », ils ont juste des problèmes différents. Ah ! ces couvercles de cercueil qui se coincent et vous empêchent d’arriver à l’heure ! Ah , ces problèmes mathématiques où vous devez calculer le poids global de toutes les pierres tombales du cimetière. Ils sont tout de même des divertissements, comme la confection d’effrayants bonhommes de neige (ou qui se veulent tels).

Et les professeurs ! Pire que les humains : je ne vous parle même pas de leurs problèmes de dents ou de leur douloureuse visite chez le dentiste (encore que… la mutuelle des ensaignants ne rembourse pas très bien, visiblement). Archibald Dufond-Duchâteau est amoureux, et un professeur amoureux, soit il est plus indulgent (si tout va bien) soit il est particulièrement sévère (si la belle Vampirette menace de rompre, car ses défauts sont rédhibitoires). Surtout que c’est un peu la faute des petits vampires si la belle histoire d’amour a tourné au vinaigre…

Comme si une catastrophe ne suffisait, voilà leur adversaire de toujours, Pommodori, qui se met en tête de prouver – et définitivement – leurs existence afin :

– de recueillir beaucoup d’honneur et d’argent.

– de leur planter un pieu dans le coeur à tous, couronnement de ses longues séances d’entraînement sur des tomates.

Quand on connaît ses charmants bambins, on se dit vraiment que ce serait regrettable que leur carrière s’arrête prématurément. Heureusement, ils ne manquent pas de ressources, ni d’alliés. D’honnêtes vampires ne se laisseront pas faire, éviter les contrefaçons.

Toujours enjoué, toujours pleins de trouvailles comiques, ce texte est un vrai bonheur en soi. Les illustrations de l’auteur sont particulièrement réussis.

J’ai gardé ce morceau choisi pour la fin, pour prouver les qualités de ses élèves vampires :

Quant à Philémon, il prend les loups-garous en laisse et les emmène faire leurs besoins afin qu’ils ne dérangent pas les tourtereaux par des hurlements intempestifs.

6 réflexions sur “L’école des petits vampires, tome 2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.