Le labyrinthe grec de Manuel Vasquez Montalban

grec

Quatrième de couverture :

Le Labyrinthe grec nous entraîne dans une Barcelone désossée par les travaux des Jeux Olympiques. Tout le clan Carvalho est au rendez-vous : Charo, la pétillante prostituée, compagne des bons et mauvais jours, Biscuter, l’assistant à la fois secrétaire et cuisinier, Bromure, l’informateur fidèle.

Mon avis :

J’aime Manuel Vasquez Montalban, j’aime son personnage de Pepe Carvalho, je passe toujours d’agréables moments en leur compagnie. Cependant, je suis un peu restée sur ma fain, faute peut-être, de me sentir proche du thème abordé.

Pepe vieillit, Pepe ne se sent plus aussi réactif qu’avant face aux enquêtes qui lui sont confiées. Il a perdu son meilleur indicateur, et n’a pas envie de le remplacer, même si le rythme de ses enquêtes s’en trouvent ralenti et s’il s’interroge sur les raisons de cette fidélité posthume. Il évite Charo, et même Biscuter se retrouve disqualifié dans son emploi d’assistant.Pourtant, il aurait bien besoin d’aide, pour retrouver un Grec et surveiller une jeune femme aux horaires et aux moeurs très libres (moralité : il faut toujours frapper avant d’entrer).

Le temps passe et emporte avec lui la Barcelone populaire, pour faire placer à une Barcelone moderne, apte à accueillir les jeux olympiques. Les souvenirs de la dictature passée semblent aussi s’en aller, pour laisser la place à une jeunesse désœuvrée, des artistes en manque d’inspiration, des femmes abandonnées. Ne parlons pas non plus des magouilles en tout genre, elles sont si nombreuses que l’auteur perdrait son temps à les dénombrer – et nous à les lire. Il préfère nous ouvrir l’appétit en donnant des recettes de cuisine, Pepe Carvalho, comme Montalbano, aime la bonne chair.
Alors oui, Pepe Carvalho est davantage mené par l’enquête qu’il ne la mène. Il voit jusqu’où l’argent et le pouvoir peuvent aller, et ce n’est pas très beau. Mais il le savait déjà. Reste à savoir s’il pourra sauver le plus important pour lui.

voisins-voisines-version-curlz77158740_p

5 réflexions sur “Le labyrinthe grec de Manuel Vasquez Montalban

  1. Pingback: Voisins voisines 2013 : le billet récapitulatif |

    • J’ai découvert cet auteur grâce à un article dans Point de vue voici presque vingt ans. Puis j’ai vu la série télé, sur Arte – qui est très fidèle aux romans. A lire pour mieux comprendre l’Espagne sous Franco – l’auteur a connu la prison pendant quelques années, et parle en connaissance de cause quand son privé se souvient de ses années-l).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.