Amours en marge de Yoko Ogawa

amours

Quatrième de couverture :

Une jeune femme se réveille en croyant entendre le chant d’une flûte… Il n’y a pourtant que le silence que son mari a laissé derrière lui la veille en la quittant. Bientôt, elle perçoit le moindre chuchotement comme un hurlement, le moindre choc comme un cataclysme ; et elle s’égare dans l’assourdissant bruissement des réminiscences. Pour un magazine de santé, elle accepte de décrire ses symptômes, s’efforçant de trouver les mots justes pour exprimer ce qu’elle ressent. Ses yeux s’arrêtent sur les mains du sténographe qui prend les notes… Ses doigts d’une étrange beauté glissent sur le papier, transcrivant chaque énoncé en un mystérieux signe aux allures d’éternité. Premier roman « long » de Yoko Ogawa, Amours en marge est paru au Japon en 1991. Il aborde d’une manière très sensuelle et poétique un thème majeur de l’œuvre de la romancière : la mémoire préservée, embaumée, immortalisée par une imperceptible trace qui capture le souvenir en même temps que la douleur qu’il a suscitée.

petit bac

écrivains

 

 

 

 

Mon avis :

Je sens que je ne vais pas me faire que des amis en postant cet avis – et je ne le posterai pas s’il ne validait trois challenges. J’ai beaucoup de mal à tenir mes engagements en ce moment, alors quand j’y parviens, c’est plutôt une bonne nouvelle.

Je commencerai par le point positif : ce roman est superbement écrit. J’ai eu l’impression, en le lisant, de ressentir la tension ouatée dans laquelle évoluait l’héroïne, de ressentir ses blessures, au moindre bruit trop fort.

Maintenant, je n’ai pas adhérée à cette histoire, je n’ai pas été sensible aux tourments de cette femme, jeune (elle a 23 ans) confrontée à son divorce et à son désamour. Ce doit être une caractéristique de l’écriture de Yoko Ogawa, mais l’héroïne narratrice n’a pas de nom, elle n’est pas caractérisée, si ce n’est pas ses troubles de l’audition et par sa coiffure. Ah, si : elle n’a pas réellement terminé ses études, elle n’a pas d’emploi, cependant la générosité de son ex-mari, dont on sait encore moins de chose, lui offre leur appartement et de quoi subsister jusqu’à ce qu’elle trouve un emploi. Elle est proche de son neveu Hiro – en fait, le neveu de son mari – qui sert d’agent de liaison entre elle et lui.  Bref, elle n’a aucune attache, elle a simplement des souvenirs, et tout le roman montre comment elle les retrouve, afin de se reconstruire. Seulement, la manière avec laquelle elle les reconstruit est assez proche du genre fantastique, qui n’est pas réellement ma tasse de thé.

Alors, bien sûr, si je me lance moi-même dans la reconstitution qu’elle a opérée, je ne peux que dire que l’âge de treize ans est un âge clé (que ce soit celui de l’héroïne, de son ami d’enfance, ou de son neveu), qu’elle est fascinée par les signes, qu’elle décrypte, et que son état actuel est peut-être lié (ou pas) à un drame du passé. Ses errances dans la ville enneigée (pratique pour étouffer les sons) ainsi que ses difficultés à se mouvoir dans la ville participent à l’étrangeté de cette histoire. Elles n’ont pas suscité en moi un grand plaisir de lecture.

Je pense que cette incursion dans l’univers de Yoko Ogawa sera la dernière avant un certain temps, puisque je n’ai pas été sensible à son univers créatif.

 

Banniere-mars

16 réflexions sur “Amours en marge de Yoko Ogawa

    • J’ajoute qu’en fait il n’est qu’un seul personnage dont on connaisse le no, c’est Hiro, son neveu. Sinon, même son confident s’appelle Y (symbole du masculin ?). Ni son mari, ni sa rivale n’ont de prénom, elle-même semble ne pas avoir de familles, et nous ne savons pas vraiment dans quelle ville se passe l’intrigue.

      • Dans « L’annulaire », pareil : on ne connaît que le nom de M. Deshimaru, pas le nom de la jeune fille ni des deux vieilles dames, c’est vrai que c’est perturbant, mais j’aime bien les romans de Yôko Ogawa.
        Bonne semaine.

  1. Pingback: Challenge Écrivains japonais : Récap’ de mars | Adalana's Imaginary World

  2. Merci pour cette contribution Sharon. Tu n’es pas la seule à avoir ressenti cela en lisant cette auteure, je trouve cela intéressant, du coup, de comparer les avis de tout le monde ce mois-ci !

    • Je me doute : ce n’est pas forcément une auteur facile, il faut sans doute mieux maîtriser la culture japonaise que moi pour s’imprégner de son oeuvre. Je n’ai cependant pas très envie de poursuivre l’aventure avec elle.

  3. Je trouve super que tu surmontes ton désintérêt en écrivant cet article instructif. J’ai le même souci en ce moment face à des lectures qui m’ont semblé fades. Je ne connais pas encore cette auteure. Un jour peut-être.

    • Merci Philisine : je surmonte aussi le fait que certains blogueurs pourraient me reprocher d’écrire cet article alors que je ne suis pas enthousiaste, etc, etc… Parfois, j’ai lu de ces commentaires !!!!
      Malheureusement, les lectures fades, je les enquille aussi et je n’ai pas toujours envie de rédiger d’avis non plus.
      Quant à Yoko Ogawa, je ne pense pas renouveler l’expérience avant un temps certain.

    • J’ai la marche de Mina dans ma PAL également, mais je pense que je vais attendre un peu pour l’en sortir. Oui, la couverture est très belle, Babel est vraiment une maison d’édition… qui fait son travail avec passion.

  4. Je n’arrive pas à ouvrir mon roman ! J’ai lu les 2 premières pages et je n’ai pas poursuivi. Je vais m’y remettre, Adalana a la gentillesse de patienter pour mon lien.

  5. Quel dommage pour toi. En même temps, je crois que moi non plus je n’aurais pas aimé ce genre de lecture. C’est assez étrange le fait qu’on ne sache rien de cette femme (nom et etc). Je trouve ça troublant comme choix. Le genre de truc que je n’aime pas. En tout cas, merci pour cette présentation. Je ne connaissais pas du tout cet auteur.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.