Sublimes créatures de Richard LaGravenese

Sublimes_creatures_affCirconstance d’écriture :

Je n’étais pas allée au cinéma depuis Bilbo le Hobbit  et ma carte illimitée commençait sérieusement à s’ennuyer. J’ai choisi ce film pour me distraire, et si possible écrire un billet un peu méchant. Coup de chance : comme l’action se déroule en Caroline du Sud, je peux aussi écrire mon 27e billet pour 50 Etats, 50 billets. Dernier point : je n’ai pas lu le livre 16 Lunes.

Mon résumé :

Ethan s’ennuie dans la petite ville sz Caroline du Sud où il a grandi. Sa mère est morte récemment, son père est absent (on ne le verra pas de tout le film) et c’est la bibliothécaire de la ville qui veille sur lui. Tout change cependant à l’arrive de Léna Duchannes, nièce de Macon Ravenwood, qui vit enfermé dans son manoir familial tout en possédant toute la ville – ou presque. Des phénomènes paranormaux se succèdent et les habitants, très chrétiens, prennent peur et chasseraient volontiers Léna de la ville.

Mon avis :

Si vous êtes restés une midinette,
Si vous voulez voir un couple un peu plus crédible que Bella et Edward, parce que Léna en a vu d’autres, parce qu’elle ne passe pas son temps à se mordiller les lèvres ou à être maladroite (enfin, si, mais là, c’est du grand art), parce qu’elle essaie d’être normale, et parce qu’Ethan a tout du boy next door (qui a choisi les horribles polos qu’il porte, qui ?)
Si vous voulez voir Jérémy Irons et Emma Thompson totalement égarés dans ce film. Mention spéciale pour Emma Thompson, qui surjoue de manière abominable. A-t-elle accepté ce rôle pour sa fille (c’est fou le nombre de fois qu’un acteur prétend jouer dans un film tout public pour ses enfants) ou parce qu’elle devait payer ses impôts en urgence ?
Si vous voulez voir des effets spéciaux fort peu poussés – nous ne sommes pas entièrement dans le genre fantastique.
Si vous désirez constater que cette ville ne comporte qu’une seule route (les pauvres).
Alors ce film est fait pour vous.
Je ne vous cacherai pas qu’après l’avoir vu, j’ai eu une folle envie de revoir le magnifique Dans les brumes électriques, qui nous plongent aussi dans les souvenirs de la guerre de Sécession. Je ne vous cacherai pas non plus que j’ai passé un bon moment, et ri plus que de raisons (ce genre de film me fait souvent cet effet-là).
Pourtant, il y avait de quoi avoir peur, quand on découvre le poids de la religion – certains livres, comme Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur, sont interdits et quand j’écoute des reportages sur l’Amérique profonde, je ne crois pas que ce soit exagéré !
Je n’ai pas aimé non plus l’idée que les hommes, pardon, les enchanteurs puissent choisir leur destin, le bien ou le mal, alors que les femmes, elles, devraient se résigner et être obligées de suivre la voie qui leur a été destinée. Certes, Léna est là pour s’élever contre cette « loi » – merci d’inscrire la domination masculine dans le genre fantastique, cependant, y parviendra-t-elle ? Je ne vais quand même pas vous dévoiler la fin.
Si ce n’est que je l’ai bien aimé.

15 réflexions sur “Sublimes créatures de Richard LaGravenese

  1. Ah! c’est rigolo, j’ai terminé le livre hier : roman sympathique et bien moins agaçant à mon sens que la série de S. Meyer (Bella m’horripile), bien moins mièvre, avec de l’humour et des personnages savoureux (billet à venir sans tarder). Il y a quand même dans le roman une atmosphère très Sud des USA que manifestement, le film ne cherche pas à retranscrire, d’après ce que tu dis. Et puis c’est rigolo, mais dans le livre, l’héroïne, comme tout Enchanteur, doit bel et bien choisir sa destinée, Ténèbres ou Lumières, pas de séparation masculin/féminin… Le film est donc stupidement (et inutilement) normatif de ce point de vue… Après, je suis de toute façon d’accord avec toi, se replonger dans un bon vieux James Lee Burke ne peut être que salutaire… En tout cas; tu me dissuades d’aller voir le film et ça tombe bien, je viens de résilier mon abonnement illimité!

    • Je chercher actuellement le livre dans ma monstrueuse PAL, et je ne parviens pas à mettre la main dessus ! Je pense donc le lire… dès que je l’aurai retrouvé.
      Au début, c’était pourtant bien parti, et l’atmosphère du Sud était bien recrée, et très vite, abandonnée.
      La séparation masculin/féminin m’a vraiment géné, et je suis contente d’apprendre que ce n’est pas le cas dans le roman.
      Je me tâte moi aussi pour résilier mon abonnement….

  2. J’ai lu que l’adaptation était assez éloignée du roman et que même un des méchants dans le roman était devenu un gentil dans le film 0_° ! Je suis en train de lire le roman, pour l’instant ça se lit, par contre le film je vais attendre de le voir sur Canal + !

    • Je n’ai toujours pas lu le roman, je pense le faire… d’ici un mois ou deux, le temps que les recherches me permettent de le géolocaliser, et de corriger toutes mes prochaines copies (sans oublier bulletins, conseils de classe, rencontre d’auteurs, etc,etc…).
      Je voulais un film reposant, et il l’était – si j’avais lu le livre, je me serai peut-être énervée.

  3. Ton billet m’a bien fait rire et aujourd’hui j’apprécie particulièrement ! 😀
    Le LDP m’avait proposé le livre dans la sélection de février, j’ai refusé et opté pour Johan Theorin, je ne regrette pas, ce n’est pas ma cup of tea !!!

    • J’ai commencé le livre ce soir, entre deux copies – et je dois dire que mon billet aurait été différent si j’avais lu le livre avant ! Je crois qu’il aurait été beaucoup plus énervé… surtout quand un « méchant » devient un « gentil », qu’un personnage important devient un personnage invisible ou se trouve rajeuni d’au moins vingt ans !

  4. Ah ça me tente, quelque chose de très détendant, pas prise de tête, et puis ce style c’est toujours sympa quand on a une petite âme de midinette qui pointe le bout de son nez de temps en temps 😛 je vais me laisser tenter, surtout si tu dis que c’est moins mièvre, car quand on regarde à nouveau Twilight, on se rend compte à quel point c’est viiiiiiiiide !!

  5. Je me laisserai peut-être tentée si j’ai le temps, par contre je ne pense pas lire le livre. Il y a 3 autres films que je vois voir en ce moment alors ça va dépendre du temps que chacun reste dans les salles. Des fois j’aime bien voir des films pour ados, ça fait du bien. 🙂

  6. Pingback: 16 Lunes de Kami Garcia et Margareth Strohl | deslivresetsharon

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.