Les plumes à thème d’Asphodèle – 5

LOGO PLUMES2, lylouanne tumblr com

Voici ma participation au plume d’Asphodèle. Les mots à intégrer sont liberté, fusée, nature, étoile, respiration, steppe, vital, étendue, océan, voiture, majestueux, claustrophobie, galaxie, infini, atmosphère, cosmos, euphorie, évidemment, éclipser.

Ce n’est pas l’océan infini, ce n’est pas une mer, ce n’est qu’un fleuve qu’il lui faut traverser, une étendue d’eau tout ce qu’il y a de plus acceptable – sauf quand il faut la traverser à la rame sur une barque de fortune. Évidemment, le pont serait reconstruit – un jour. En attendant, s’il voulait voir sa belle, il devrait ramer jusqu’à elle – pourquoi habitait-elle sur l’autre rive, juste en face du défunt pont ? Il avait sauté le 6 juin 1640. Lulu avait onze ans, sa petite sœur un an, et fort heureusement, la famille toute entière avait déserté la maison – il ne fallait pas lui en conter, à la mère de Lulu, elle savait que les ponts, c’était ce qu’ont démolissait en premier. Pas question de communion avec le cosmos, ou d’examiner les étoiles et autres galaxies lointaines – elle n’offrait aux siens que deux solutions, tout le monde dehors, sur la colline, à la végétation plus désertique que dans les steppes de l’Ouralou tout le monde dans la cave, à retenir sa respiration entre deux bombardements et à dompter une claustrophobie naissante. Fuir, parfois, c’était vital. L’exode n’avait pas eu lieu en voiture, mais à vélo, avec la petite dernière dans le porte-bagages. Au retour, la maison avait été pillée, et pas par les allemands. De cette époque, les filles avaient gardé une peur bleue du bruit que faisaient les avions en approches. Jamais bon signe les avions. Même les fusées tirées le 14 juillet leur flanquaient la frousse. Et ce serait ainsi toute leur vie. – S’il n’y avait pas eu la libération, Lulu, on l’aurait perdu, dirait sa mère. Très nerveuse, Lulu, c’était dans sa nature. Elle parlait peu, pas des années de guerre en tout cas. Jean non plus. La guerre, pour lui, cela avait été l’Allemagne, le stalag, puis la liberté retrouvée, l’euphorie de la libération. Et une nouvelle qui avait éclipsé toutes les autres : sa sœur avait eu un bébé, Annie, et lui demandait d’être le parrain. – Annie-France, je veux que tu l’appelles Annie-France. Elle est née le 6 juin 1944, non ? Il devait reconnaître que cela valait le coup de ramer, parce qu’il l’épouserait, sa Lulu, en octobre 1948, dans une atmosphère de joie : Lulu, majestueuse dans sa robe blanche, entourée de son frère né pendant la guerre et de ses cinq sœurs. Neuf mois plus tard, naitrait leur fille. Et vous savez ce que belle-maman trouverait à dire ?
– Je suis ravie de venir te voir à la maternité, Lulu. La prochaine fois, ce sera ton tour de venir me voir. Jean, vous voudrez bien être le parrain ?

32 réflexions sur “Les plumes à thème d’Asphodèle – 5

  1. très beau ce texte, Sharon sur les souvenirs de guerre qui ont marqué cette enfance… j’ai entendu le bruit des avions …
    Et j’aime bien aussi le bon sens de la maman de Lulu : « il ne fallait pas lui en conter, à la mère de Lulu, elle savait que les ponts, c’était ce qu’ont démolissait en premier »
    Bonne journée 😉

    • Elle tenait ce bons sens de Geneviève, sa propre mère, qui pendant la guerre de 14-18 réveillait ses deux filles dès que des avions étaient annoncés – on ne sait jamais – et les faisait monter sur la colline (sauf que, comme disait la mère de Lulu, la colline, elle se voit très bien !).

  2. Pingback: LES PLUMES à thème 5 – ESPACE – Les textes ! | Les lectures d'Asphodèle

  3. Lulu a bien de la chance d’avoir un prétendant si prévenant. 😀 Il est vrai que les ponts créés des liens autant physiques que psychologiques. 😀 Heureusement, ton histoire se termine bien. 😀 j’adooore ! 😀

  4. Tu retranscris très bien l’atmosphère de ces années de guerre et les traces qu’elles ont laissées pour ceux qui les ont vécues ! Je sais que les bombardements aériens étaient redoutés… Et la belle-mère enceinte c’est pas mal ça !!! 🙂

  5. Excellent.Plutôt inattendu,ce « réalisme » d’une sale époque avec des mots qui tendaient plus vers l’ouverture.Vraiment une bonne idée de ramener à l’espace modeste d’un fleuve.J’aime être surpris,c’est le cas.

  6. Je regrette pour ma part que mes grands parents et mes parents ne m’aient pas plus parlé de ces époques plutôt dures.
    Belle histoire vraie, Sharon. Hélas, dans la vraie vie, il y a toujours une fin…
    Bisous d’O.

    • Ma grand-mère m’en a un peu parlé – l’exode, surtout, et le fait de vivre en face d’un pont l’a décidé à partir très vite.
      Son beau-père (le mari de sa mère) a été fait prisonnier.
      Oui, il y a toujours une fin, même si la famille s’agrandit.
      Bises de Normandie.

  7. bien joli texte retraçant l’histoire d’une époque pas facile comme pouvaient raconter mes parents
    merci
    et quelle facilité de placer les mots de la semaine
    bravo

    • Merci beaucoup : je dois dire effectivement que l’inspiration, guidé par le contexte (j’ai écrit ce texte quelques heures après la mort de mon oncle) m’a réellement porté.
      Encore merci.

  8. Pingback: Maria par Johnny Mathis | deslivresetsharon

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.