Archive | 25 décembre 2012

Les plumes à thème n°2 par Asphodèle

LOGO PLUMES2, lylouanne tumblr com

Voici ma nouvelle participation aux Plumes à thème par Asphodèle. Les mots à placer sont : roman, tunnel, secret, naissance, témoin, vie, niveau, lumière, automnal, purgatoire, bruissement, rite, tourbillonner, tranche, sous-bois, sagesse, extrait, aversion, et les trois mots en B que je vous avais promis : basculer, baiser (n.m., pas le verbe), bastion.

. Le vent bat les remparts de Saint-Malo en cet après-midi d’octobre. Engoncé dans mon manteau en tweed, l’écharpe autour du nez, le chapeau enfoncé jusqu’aux yeux, je contemple le grand Bé du bastion de Hollande où, il faut bien le dire, j’ai froid.

–          Les chiens du guet avaient leur chenil juste à côté.

–          Passionnant, murmurai-je.

J’étais ici pour faire plaisir à un ami qui se plaisait à jouer les guides touristiques. Si, si, j’aimais la Bretagne, j’aurai simplement aimé me promener dans la forêt de Brocéliande, la découvrir dans la lumière automnale, arpenter les sous-bois et qui sait ? Rencontrer une fée, lui poser un baiser sur le front et basculer dans le monde des chevaliers de la Table Ronde.

–          Louis, regarde, le fort National.

–          Merci, Roof, je connais, grommelai-je.

C’était un rite. A chaque fois que nous venions, il me traînait jusque-là et me montrait le Fort, comme si c’était la première fois que je le voyais. Comme si ce qui m’était arrivé là-bas était un secret.

Nous descendîmes sur la plage. Le sable tourbillonnait et aurait étouffé n’importe quelle personne assez insensée pour s’aventurer ici. Sauf nous, bien entendu. J’avais la sagesse de ne plus m’interroger sur notre santé mentale depuis bien longtemps. Roof continuait à lire les extraits du guide touristique qu’il avait acquis le matin même, comme s’il ne connaissait pas déjà tout ce qu’il contenait, et plus encore.

–          Allons-y, soupirai-je.

Aujourd’hui, j’ai développé pour les Forts une aversion profonde, mais avant, j’avais une passion pour eux. En été, j’étais venu pour le Festival de musique avec mon ensemble, je devais diriger la Missa Solemnis. L’après-midi du concert, après l’ultime répétition, j’étais descendu sur la plage avec Amy, ma femme (diminutif d’Améthyste-Louise) et nous nous étions inscrits pour la visite guidée. Si je me penche sur mes souvenirs, j’entends encore le bruissement des vagues de la marée montante. Amy craignait d’être coincée sur le Fort.

–          Ce sera une excellente excuse pour rater le concert, dis-je en lui passant le bras autour de la taille.

Nous suivîmes le guide, qui fit son travail de son mieux, nous livrant une nouvelle tranche de son savoir concernant le Fort à chaque étape de notre périple.

Nous descendîmes dans ce qui était une ancienne geôle. Une ouverture permettait le ravitaillement. Je me penchai pour regarder et là… je fus poignardé.

Je ne vous cacherai pas que la suite me fut racontée par des témoins. J’avais été très grièvement blessé au poumon gauche. Le niveau de la mer permit cependant au secours d’arriver assez vite. J’étais la troisième victime du tueur des Forts, comme le surnommèrent des journalistes auxquels je souhaitais un petit séjour au purgatoire pour leur manque de compassion. Pour ma part, j’étais dans le coma et un phénomène curieux se produisit. Les histoires de tunnel, de seconde naissance, on croit que c’est un roman jusqu’à ce que cela vous arrive. Puis, un jour, je me réveillai.

Pas forcément ravi.

J’étais devenu un vampire.

Et cela dure depuis 322 ans.