Je ne suis pas coupable d’Agatha CHristie

Edition Le livre de poche – 220 pages.

Mon résumé :

Mary Gerrard, une jeune femme belle et innocente, a été assassinée peu après la mort de sa bienfaitrice. Elinor, nièce de la susdite bienfaitrice, est accusée et bientôt passe en jugement. Heureusement, Hercule Poirot est là.

Mon avis :

Voilà un Agatha Christie comme je les aime ! L’action commence en plein tribunal : Elinor est jugé pour le meurtre de Mary Gerrard, la protégée de sa défunte et riche tante Laura. Dans le public, Hercule Poirot est là et regarde la jeune femme. Va-t-il prendre fait et cause pour elle ? Autant vous le dire tout de suite : oui, poussé par le docteur Lord, sympathique médecin qui veut prouver l’innocence de la jeune femme.

Imaginez un petit coin de Royaume-Uni, bien calme, bien tranquille. Laura est une riche vieille dame, veuve depuis très longtemps, tellement longtemps que l’on peut se demander pourquoi elle ne s’est pas remariée. Sa famille est composée d’Elinor, sa nièce, et de Roddy, le neveu de son défunt mari. Ce qui est merveilleux est que les deux jeunes gens s’aiment d’un amour raisonnable et que la vieille dame ne peut qu’être ravie de cette union. Elle a également donné une éducation soignée à la fille de son concierge, Mary Gerrard, une éducation trop soignée disent certains. En effet, la jeune  fille a un très grand bagage, elle pourrait parfaitement faire  ses débuts dans le monde et s’intégrer au milieu des riches oisifs, sauf qu’elle n’est que la fille du concierge et qu’elle ne peut gagner sa vie avec les études qu’elle a faites. Se pose, délicatement un débat sur les études, et sur leur finalité. Il y a un peu de l’Emma Bovary en Mary, puisqu’elle aussi se trouve confronter à un milieu qui n’est pas le sien, et son destin ne sera pas des plus enviables car elle meurt empoisonnée.

Autant vous le dire, je n’ai pas cru Elinor coupable : même si elle avait deux sérieux mobiles pour supprimer la jeune fille. Elle est trop entière, trop bouillonnante pour avoir commis ce crime. Avoir envie de tuer Mary, oui, échafauder des plans pour le faire, oui, les mettre froidement à exécution ne cadre pas avec le tempérament de la jeune femme.  Quant à Mary, elle est extrêmement naïve, à son corps défendant, et souvent, chez Agatha Christie, la naïveté peut vous causer bien des désagréments. Il faut dire que la naïveté de la jeune femme a été soigneusement entretenu, et ce « choix », s’il a été fait « pour son bien », est cause de son décès. Ou comment le mieux peut être l’ennemi du bien.

Je ne suis pas coupable est un très bon roman d’Agatha Christie.

Advertisements

10 réflexions sur “Je ne suis pas coupable d’Agatha CHristie

  1. Pingback: Challenge Agatha Christie (humm!) | Les Livres de George – Blog de Lecture

  2. Bonjour, des thrillers, romans policier…etc. d’auteurs français, américains, anglais et autres, vous en trouverez sur le nouveau site polar/noir Biliometrique.com que je vous invite à visiter. Bonne journée.

  3. Pingback: Challenge Agatha Christie : Un Bilan |

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s