Michel Berger : Haute Fidélité

Parole : France Gall – Photos : Thierry Boccon-Gibod.

Merci à Babelio et aux éditions Fetjaine pour ce partenariat, que je chronique très en retard.

Mon avis :

Tous ceux qui me connaissent savent que je suis fan de Michel Berger depuis 1985. Sa disparition en 1992 n’a pas entraîné la disparition de mon admiration pour lui, pour ses chansons. Je n’ai pas voulu lire de biographie de Michel Berger. A quoi bon ? Sa vie privée doit le rester, je préfère écouter et ré-écouter ses chansons.

Pourtant, lors de l’avant-dernière opération de Masse critique, je me suis portée volontaire, parce que ce livre n’est pas une biographie mais un album souvenir, qui nous dévoile un peu de l’intimité de cet homme si discret et si pudique. Les paroles sont de France Gall, les images de Thierry Boccon-Gibod, photographe qui a connu Michel Berger au lycée et le photographia pendant plus de vingt ans.

Plus qu’un livre à lire du début à la fin, en un temps record (vous connaissez mes habitudes de lectures), ce beau livre invite à la flânerie, au retour en arrière, aux arrêts sur image pour des photos particulièrement intimes. Thierry Boccon-Gibod le dit, certaines photos révèlent des moments d’intimité et n’ont pas été publiées à l’époque. Je pense notamment à cette très belle photo de France Gall et de Michel Berger lors des répétitions de Starmania. Intimité, oui, voyeurisme, jamais.

Ce livre est axé sur les temps forts de la vie et de la carrière de Michel Berger : les premières années, Starmania, la première scène, les succès partagés, Double jeu et la pochette si saisissante de l’album, dont nous pouvons quasiment voir le making-off. Je n’ai garde d’oublier l’engagement, avec ce texte « Opération Delta », présenté sur une double page. Plus de vingt ans après, les « ironiques » et les « indifférents » dont il parle sont toujours là (et bien là). La volonté de s’engager des plus jeunes aussi, je peux en témoigner.

Je ne peux terminer cet article sans chanson. Voici ma préférée, qui donne son titre à une des parties de cet album :

13 réflexions sur “Michel Berger : Haute Fidélité

  1. C’est aussi ma chanson préférée, tu as pu le voir dans l’article que j’ai publié sur sa biographie. C’était une autre époque, révolue, et d’autres sont partis comme Daniel Balavoine que j’aimais beaucoup aussi.

  2. On pourrait se faire une soirée Michel Berger en boucle, ça ne me dérangerait pas !!! Je l’ai déjà fait avec V. Sanson que j’adore mais qui avec F.Gall (bref)… Ce livre me nargue !!! Moi à Babelio, je ne sais pas comment je me débrouille mais je tombe toujours sur des … encore bip…. Du coup je n’ai même pas pu aller au-delà de la page 20 du livre du dernier Masse Critique ! Je vais essayer de me forcer un peu et dire au moins pourquoi je n’ai pas accroché….Je ne peux plus me forcer à lire un livre qui me gave ou qui m’échappe!

Les commentaires sont fermés.