Archive | 6 novembre 2012

Le crime de l’hôtel Saint-Florentin de Jean-François Parot

Edition 10/18 – 390 pages.

Mon résumé :

Un meurtre a été commis dans les cuisines de l’hôtel Saint-Florentin. Près de la victime, Jean, le majordome, blessé, vit encore. Est-ce un meurtre suivi d’une tentative de suicide ? Nicolas Le Floch enquête.

Challenge polar historique organisé par Samlor

Mon avis :

Nous retrouvons au début de ce volume Nicolas Le Floch en disgrâce. Tous les fans de notre beau commissaire au Châtelet  s’étonneront qu’a-t-il bien pu faire ? Rien que de très ordinaire. Il a suffi de la mort du roi Louis XV, et la jeune Cour remplace la vieille Cour. Nicolas n’est pas si âgé cependant il paie les faveurs du vieux roi et ses manières de francs tireurs qui déplaisent hautement à ses collègues. Fort heureusement, Nicolas n’est pas homme à s’aigrir, et il sait se satisfaire des joies que lui apportent sa vie personnelle. Il profite également de ses loisirs forcés pour fréquenter Versailles plus assidûment. N’est-il pas marquis de Ranreuil ? Ainsi, Le Noir, son nouveau supérieur, peut difficilement lui reprocher de contrevenir à ses ordres.

Le repos et la contemplation ne sauraient durer, et un autre fidèle de Louis XV, monsieur de Saint-Florentin, exige sa présence pour enquêter sur la mort d’une soubrette, Marguerite, et la blessure de son majordome, depuis quinze ans à son service. Certes, j’étudie parallèlement Le capitaine Fracasse avec mes élèves, j’ai lu plusieurs romans d’Anne Perry, pourtant j’avais rarement lu autant de mépris pour les domestiques que dans les propos de madame de Saint-Florentin, sous couvert de religion, de surcroît. Son discours donnerait envie  à lui seul de dresser des barricades et de prendre la Bastille et m’a fait me sentir proches des révoltes de Bourdault.

D’autres discours encore peuvent susciter la révolte. Je ne vous parlerai pas de la condition féminine, je ne vous parlerai pas non plus de ceux qui se disent croyant et qui n’ont de religieux que le nom, je ne vous parlerai pas non plus des bouleversements dans la vie privée de Nicolas. Non, je vous laisserai découvrir ce cinquième tome, transition entre deux règnes, par vos propres soins.

Merci à mademoiselle Globe Lectrice d’avoir organisé cette LC.