Un meurtre est-il facile ? d’Agatha Christie

édition Le livre de poche – 224 pages.

Mon résumé :

Luke Fitzwilliam revient de Mayang. Il prend une retraite bien mérité. Dans le train, il rencontre la bien nommée Lavinia Pinkerton, une charmante vieille dame qui lui rappelle sa tante Mildred. Elle vient à Londres pour dénoncer un criminel qui n’a déjà que trop sévi. Luke l’écoute d’une oreille distraite. Seulement, quand elle trouve la mort accidentellement avant d’avoir pu aller au Yard, Luke se dit que cette mort n’a peut-être d’accidentelle que le nom.

Mon avis :

Je tiens à avertir les fans d’Hercule Poirot et de Miss Marple : aucun des deux héros phrases d’Agatha Christie n’apparaît dans ce roman. Seul le superintendant Battle fait une incursion, à la fin du roman, et uniquement pour arrêter le coupable. Son rôle est donc réduit au strict minimum, même s’il fait preuve, dans ces quelques pages, d’un m »lange d’ouverture d’esprit et de solide bon sens.

Ce serait pourtant dommage que vous passiez à côté de ce livre. Je l’ai lu quasiment d’une traite, ne serait-ce que pour voir si mes soupçons, nés à l’a moitié du roman se confirmaient. Et bien oui.

Laissez-moi vous présenter l’enquêteur. Luke Fitzwilliam n’est pas un novice, il vient même de prendre une retraite bien méritée après des années de services à Mayang. La mort de la charmante vieille dame le choque, plus encore le décès de celui dont elle avait prévu la mort : le docteur Humbleby est décédé d’une infection mal soignée, un comble pour un médecin. Luke, avec la complicité d’un proche, se rend donc sur place pour enquêter.

Nous retrouvons le climat de ses charmants petits villages de la province anglaise, où tout le monde se connaît depuis des années et où le fait d’être le cousin de la fiancée du châtelain (elle a une parenté si nombreuse !) ne peut qu’être un gage de bon accueil. Il ne manque personne. Lavinia Pinkerton (la bien nommée) a une amie dévouée, Honoria, prototype de la vieille fille charmante. Le châtelain local est un enfant du cru, parti faire fortune et revenu avec de l’argent plein les poches, un titre ronflant (Lord Gordon Whitfield), rachetant l’ancien manoir, le château et modernisant le village à tour de bras. Il ne manque pas non plus le médecin, l’avoué, l’aubergiste, le méchant garçon, la servante roublarde, un antiquaire excentrique surement très gay, la passionné de jardinage et même un passionné de bouledogues (Néron, Auguste, Nelly, lâchez ça, j’ai dit : lâchez ça !).

Seulement, le village joue de malchance. Non seulement l’un des médecins, le plus traditionaliste, est décédé, mais le cabaretier s’est noyé : lui qui faisait le chemin tous les soirs ivre mort est tombé à l’eau ! De même, le vilain garnement a fait une chute en lavant les carreaux de la bibliothèque, la servante s’est empoisonnée avec de la teinture à chapeau. Quant au passionné de bouledogue, sa délicieuse épouse est décédée un an plus tôt, d’une gastrite. Le village traverse vraiment une mauvaise passe. De très vagues histoires de sorcellerie sont colportées, mais, contrairement au cheval pâle d’Agatha Christie , ce phénomène ne sera que peu exploité.

Luke enquête, discrètement d’abord, puis plus ouvertement. Il croise des personnes charmantes, d’autres nettement moins. Il croise aussi Bridget, la jeune fiancée du châtelain. Elle a 28 ans, lui plus de cinquante. Elle a renoncé à l’amour après une grande déception. Elle n’a pas renoncé à sa lucidité, à son sens de l’observation, à son intelligence. Elle est de la trempe des plus grandes héroïnes d’Agatha Christie. Libre, elle aide Luke dans son enquête (le prétexte pour lequel il est venu n’a pas tenu longtemps). Libre, elle prend des décisions qui engagent son destin,bien plus qu’elle ne le pense. Elle est l’antithèse absolue du coupable, elle qui déteste dissimuler, et plus encore faire souffrir. Elle sait ce qu’elle doit aux autres, et la franchise pleine de tact est une de ses plus importantes qualités, avec le courage.

Un meurtre est-il facile ? est un roman d’Agatha Christie qui gagnerait à être mieux connu.

Advertisements

10 réflexions sur “Un meurtre est-il facile ? d’Agatha Christie

    • Bonjour Catherine
      Je veux arriver à 40 lectures d’ici fin décembre pour ce challenge. En outre, je lis à haute dose aujourd’hui, et sans doute les jours à venir. Une manière comme une autre de me reposer.
      Bon weekend à toi aussi.

    • Hélas non, je ne l’explose pas, je me suis engagé à lire 51 livres et je n’en suis qu’à 42.
      Je ne les ai pas oubliés : ils étaient mal positionnés, et je les ai effacés, puis je ne les ai pas remis. Par contre, ils sont déjà dans le brouillon des deux prochains AC qui paraîtront ce soir et demain. Mais c’est gentil de me l’avoir rappelé.

  1. Ton article donne envie de le lire. Je vais me le noter comme prochain achat. Moi aussi j’essaie de tous leslire mais je pense qu’il me faudra beaucoup plus de temps que toi !

  2. Pingback: Challenge Agatha Christie (humm!) | Les Livres de George – Blog de Lecture

  3. Pingback: Challenge Agatha Christie : Un Bilan |

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s