Archive | 12 octobre 2012

Mayo, ketchup ou lait de soja de Gaia Giusti

Mon résumé :

Noah est élève en CM2. IL vit seul avec sa maman, et s’emploie à essayer de lui remonter le moral. Un jour, une nouvelle élève arrive, Elianor. Personne ne veut être son ami car personne ne peut la sentir : son odeur est différente de celle des autres enfants. En effet, Elianor ne mange que des produits sains et naturels, aucun produit industriel. Les deux enfants vont-ils se rapprocher ?

Mon avis :

Ce roman est d’abord un texte frais, servi par un jeune narrateur plein d’enthousiasme et de tendresse. Il n’est pas téméraire non plus. Provoquer Sylvester, la grosse brute du CM2, non merci.Faire ami-ami avec la nouvelle qui sent bizarrement… non plus.  Pourtant, Noah va se surprendre à se rapprocher d’elle, quitte à se découvrir des points communs avec elle.

Un peu manichéen ? Oui: les mangeurs de produits industriels d’un côté, ceux qui font germer leurs graines et confectionnent leur lait de soja eux-même de l’autre. Pourtant, il faut aler au-delà et découvrir ce que renferme ce texte. Elianor détonne à son école elle n’est pas prête de faire accepter sa différence et sa force est justement de n’en avoir cure, d’être sans doute plus sereine que son propre père après des heures de méditation – plus entière aussi.

Mayo, ketchup et lait de soja parle de l’indifférence et du droit à la différence, de la mort et de la solitude qui est une presque mort. Ce texte  est en fait suffisamment riche pour permettre d’ouvrir un plus large débat avec les jeunes lecteurs.

Challenge Jeunesse/Young adul chez Mutinelle et Kalea.