Les sacrifiés de Juliette Morillot

Quatrième de couverture :
Une mère parfaite, deux filles, un mari, un amant. Cinq vies marquées par le mensonge, la trahison, le meurtre.
États-Unis, juin 1954. Un vieil homme se fait renverser par une voiture. Refusant la thèse de l’accident, ses deux filles se penchent sur le trouble passé de leur mère, Ethel Proudlock, une Anglaise de Malaisie britannique accusée autrefois du meurtre de son amant et condamnée à mort par le sultan de Selangor, avant d’être graciée.
Cette quête de vérité vertigineuse nous emmène des coulisses de la bonne société britannique de l’Empire des Indes à la côte est des États-Unis dans les années cinquante. S’inspirant de l’« affaire Proudlock », un fait-divers qui défraya la chronique en 1911 et inspira Somerset Maugham qui écrivit alors sa célèbre nouvelle, La Lettre, l’auteur met à nu avec une modernité implacable les rouages de la passion amoureuse et de la manipulation féminine. De non-dits en révélations effroyables, les personnages vont sombrer dans la folie et le lecteur, tour à tour séduit et trompé, comprendra dans un ultime rebondissement qu’il a été lui aussi pris dans les rets vénéneux d’Ethel, une femme amoureuse sublime dans sa splendeur et sa cruauté. Époustouflant !
Mon huitième avis dans le cadre du prix Confidentielle
Mon avis :
Ce livre est bien écrit, le récit est solidement construit.
Non, ce n’est pas une erreur si je m’arrête ainsi, sur ce court éloge. Je n’ai pas aimé ce livre, je n’ai pas aimé son héroïne poisseuse et sans charisme, je n’ai aimé aucun de ses personnages. Point n’est besoin de ressentir de l’empathie pour un personnage pour le trouver remarquable. Dans ce récit, j’ai trouvé tous les personnages mesquins, étriqués. Même Vivian est oubliable car elle n’a rien de remarquable.
J’aurai aimé que l’héroïne soit autre, flamboyante, passionnée. Elle est manipulatrice, certes, mais à sa petite échelle. J’ai envie de dire qu’elle a réussi de cruels tours de passe-passe, à son profit, sans jamais s’élever au-delà de sa médiocrité. Aucune sublimation de sa condition, aucune révolte bouleversante : il ne faut pas confondre grandiloquence et grandiose.
Ethel passe sa vie à se mettre en scène, devant un publique toujours choisi. Elle sait très bien s’adapter pour chacun de ses spectateurs. Ce choix de vie est sans doute à rechercher dans cette mascarade que fut son enfance. Son éducation l’a parfaitement formaté, l’aidant à se servir des pires situations, tout en reproduisant les comportements dont elle a souffert – en toute connaissance de cause.
La lecture des Sacrifiés ne fut pas une déception, non, j’ai assisté à un exercice de style, une variation sur un fait divers qui ne m’a pas convaincue.

17 réflexions sur “Les sacrifiés de Juliette Morillot

  1. J’ai pas encore écrit mon billet et je ne sais pas ce que je vais en dire mais en lisant ton billet, la question « pourquoi aime t’on un livre » me vient à l’esprit.
    Je n’ai pas aimé l’héroïne mais j’ai toutefois je aimé le livre, je crois, dans le sens ou je l’ai trouvé bien construit (comme tu le soulignes), qu’il a su m’intéresser de la première à la dernière page, qu’il m’a dérangée et que la démonstration de l’auteur me semble réussie. Des sacrifiés, oui, il y en a dans ce livre. Il n’y a même que cela, à commencer par l’héroïne dont l’enfance a été saccagée. Elle a gâché la vie de ses proches et son enfance malheureuse ne peut tout justifier. C’est pourquoi nous sommes dérangés par cette histoire. Il est difficile de cerner une telle personnalité. Ca relève du pathologique…

    • Exactement ! Si ce n’est que personne ne s’est penché sur sa pathologie. Il est d’ailleurs à noter que ses filles n’ont pas eu de filles elles-mêmes. Bien sûr, je ne verserai pas dans la psychogénéalogie facile, je suis pourtant tentée de dire que la transmission de la névrose est devenue ainsi moins facile. De même, elle a su s’entourer de personnalité qui étaient compatibles avec cette névrose… Il y aurait encore beaucoup à dire sur ce livre.

  2. Eh bien il y a un fort décalge entre la quatrième de couv’ et ton avis, le postulat de départ a l’air intéressant mais bon, je freine des quatre fers en ce moment…. On va attendre une période plus « inspirée » pour … 😉

  3. Oh c’est dommage, j’aimais beaucoup la couverture, et le thème me plaisait bien. J’aime bien les romans qui se penchent sur la psychologie des êtres humains, mais il faut que ça soit bien fait.

    • Psychologie… Là, j’hésite réellement car l’héroïne est manipulatrice, certes, mais elle aurait pu être encore plus forte psychologiquement, plus flamboyante. Je me suis demandée aussi comment elle parvenait à manipuler ses filles ainsi – sans doute parce qu’elles sont faibles, la seconde un peu moins.
      La couverture est très bien choisie : les sacrifiés posent tous ensemble.

  4. Pingback: 50 billets, 50 états – le bilan final | deslivresetsharon

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.