Archive | 11 septembre 2012

Ainsi puis-je mourir de Viviane Moore


Quatrième de couverture :

A deux pas de Tourlaville, un château apparaît au coin d’un chemin, comme sorti d’un conte de fée. Pourtant, malgré l’étrange sérénité qui s’en dégage, la jeune romancière Gabrielle Dancel en épousant Philip Sedley, le châtelain des lieux, va découvrir les drames, les folies, et les amours tragiques qui se sont déroulés à travers les époques entre ces murs épais.

Mon sixième avis dans le cadre du prix Confidentielle

Mon avis :

Curieux roman, mais roman très intéressant. Gabrielle est l’héroïne principale de ce roman. Romancière, elle a connu le succès avec sa première oeuvre, et a rencontré Philip, qui l’a séduite, puis demandée en mariage. Gabrielle a choisi de cacher ses failles sous une armure de protection qu’elle n’ôte jamais, même pour son mari. Lui même est très mystérieux. Il est riche, beau, séduisant, pourtant il a autant de retenue que sa femme à se confier sur son passé. Tel Barbe-Bleue, il fixe des interdits. Tel un de ces châtelains qui se sont succédé dans ce manoir, il fait chambre à part avec son épouse. Trop de non-dits, une atmosphère mystérieuse, la solitude aussi, dans ce manoir qui est aussi rassurant que Manderley, et Gabrielle doute. Elle se remet à écrire, narrant l’histoire de deux personnes bien réelles qui vécurent dans ces lieux. D’autres figures, toutes aussi tragiques, sont évoquées.
Écritainsi, vous pourriez presque croire que nous nous trouvons dans une romance plus ou moins historique. Il n’en est rien, et c’est là le tour de force de l’auteur, qui ne cède pas aux facilités de ce genre romanesque. Au fur et à mesure que Gabrielle s’immerge dans son travail d’écriture, elle se laisse envahir par les sentiments, les doutes qu’elle décrit. Ce n’est pas le lecteur, attentif, qui se laisse prendre aux apparences, c’est Gabrielle qui laisse la fiction prendre le pas sur le réel. A force de ne pas vouloir être celle qu’elle est (Gabrielle, plutôt que Jeanne), à force d’écrire plutôt que de dire, elle risque de se perdre.

Ainsi puis-je mourir est à la fois un roman historique passionnant et une œuvre contemporaine pleine de charme. J’ajoute que l’intrigue se déroule en Normandie. Comment ne pourrai-je pas être séduite ?