Archive | 5 septembre 2012

Challenge Halloween

J’ai participé à l’édition 2011, j’ai beaucoup aimé ce challenge parce qu’il est ludique, j’ai bien l’intention de récidiver cette année, même si je ne brillerai pas par le nombre de billets postés.

Cette année, Hilde et Lou ouvrent une agence de voyage démoniaque dont voici les étapes :

5 octobre : le Royaume-Uni.
10 octobre : l’Espagne.
15 octobre : les Pays Nordiques.
20 octobre : l’Afrique et l’Amérique du Sud.
25 octobre : Les Etats-Unis.
31 octobre : Halloween.
5 novembre : Asie.
10 novembre : retour en France.
Halloweem 2012.jpg

Challenge Animaux du monde

logo crée par  Mia

Sil était un article à rapatrier en urgence, c’était bien celui-ci.

Le principe est simple : lire des livres dont le titre comporte un nom d’animal ou dans lequel l’animal tient une place importante

Ce challenge comporte trois niveaux :

– niveau Garfied : deux livres lus.
– niveau Chat du Cheshire : quatre livres lus.
– niveau Bagheera : huit livres lus.

Les participants sont :

Niveau Garfield :

Bianca

son billet de présentation
L’enfant léopard de Daniel Piccouly.

Cecile
son billet de présentation
Le lion de Joseph Kessel
Le chien des Baskerville de Sir Arthur Conan Doyle.

Claire Jeanne.

Le chat qui venait du ciel de Takashi Hiraide
Les abeilles de Yoko Ogawa
Le poil et la plume d’Anny Duperey
Cloé

Géraldine

Tempête au haras de Chris Donner
Doglands
Joe
son article de présentation
Le chien des Baskerville de Sir Arthur Conan Doyle

Les ailes du sphinx d’Andrea Camilleri.
Laure
Terminé !
Sa présentation du challenge
L’élégance du hérisson de Muriel Barbery
Les hirondelles de Kaboul de Yasmina Khadra
Le cottage de Myrtilles
La métaphysique du chien de Philippe Ségur
Lizouzou  terminé !
L’élégance du hérisson de Muriel Barbery
La vraie folle histoire du gros canard jaune

Wax (fleur de cannelle)

Une vie de chien de Peter Mayle

NIveau Chat du Cheshire :

Aline (n’a pas de blog – je posterai ses articles sur le mien).

– La passion selon cinq matous de Martine Pilate
– Elan Noir parle de John G. Neihardt
– La métamorphose des cloportes d’Alphonse Boudard
L’affaire Blaireau d’Alphonse Allais 
– Les cils du loup et autres contes de la nuit de Nathalie Leone

Anne terminé !

(des mots et des notes)
son billet de présentation
Allumer le chat de Barbara Constatine
Les oiseaux de paradis
Couleur canari de Jean Failler
Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur d’Harper Lee

Anne (de poche en poche)

  Astazie  : challenge terminé !

 
  L’ile aux singes de Paula Fox (roman jeunesse)

Le chat du rabbin de J. Sfar – BD
De l’eau pour les éléphants de Sara Gruen (roman)
La petite fille et les oiseaux de Rosario Aguilar

Edith  (livres d’Ed-en)

L’oiseau canadeche
La patience des buffles sous la pluie
Le coeur des enfants léopards (W. N’Sondé)

Jen (livre d’Ed-en)

Moi, le loup et les chocos de Delphine Perret

Estellecalim
Terminé  !
Parle-le leur de batailles, des rois et d’éléphants de Mathias Enard.
Une vie de chat de Konami Kanata
Vie et opinion de Maf le chien et de son amie Marylin Monroe
Code Salamandre

La plume et la page

Lynnae

Malo :
« Faut-il tuer le chat où l’hirondelle »
Les hirondelles de Kaboul de Yasmina Khadra
Les agneaux du seigneur de Yasmina Khadra
« La valse lente des tortues »

Miss bunny challenge terminé !
son billet de présentation
Kamisana, tome 1 : la mélodie du vent
Hunger Games, tome 3 : Mockingjay
Les chroniques de Kane tome 1 de Rick Riordan
Miss Charity de Marie-Aude Murrail
Fiesta sun also rises d’Ernest Hemignway

Manu (Chaplum) terminé !
Le lézard lubrique de Mandary Cove de Cristopher Moore
Lisabelle de Béatrice Rio
Petites histoires avec un chat dedans sauf une de Véronique Papineau
La malédiction des colombes

Opaline   (La dame des livres)
challenge terminé !
Félicité, tome 1 : le pasteur et la brebis
L’étang aux libellules d’Eva Ibbotson
L’âme du minotaure
Les âges sombres de Karen Maitland

Strawberry
son billet de présentation
Fluke de James Herbert

Val

Cheval de guerre de Mickael Morpurgo

Niveau Bagheera :

Asphodèle : challenge terminé !
Rikki, Tikki, Tavi la mangouste de Rudyard Kipling
Le chien qui a vu Dieu de Dino Buzzati
Chien blanc de Romain Gary

Isidore Tipenarole et les trois lapins
Le lièvre de Vatanen d’Artoo Paasilinna
La patience des buffles sous la pluie de David Thomas
Code salamandre de Samuel Delage
Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur d’Harpeur Lee

Aymeline
Terminé ! :  
la théorie du panda
Le clan de l’ours des cavernes de J.M. Auel
La vallée des chevaux de J.M. Auel
Les chasseurs de mammouths de J.M. Auel*
La licorne noire de Terry Pratchett
Isidore Tipenarole et les trois lapins de Montceau-les-Mines
Le chien des Baskerville de Sir Arthur Conan Doyle
Le dieu Baleine de TJ Bass

Béa .(aux bouquins garnis)

Terminé !
Les ours n’ont pas de problème de parking
La truie de Thomas Owen
Dans le terrier du lapin blanc de Juan Pablo Villalobos
La course au mouton sauvage d’Haruki Murakami
Mélancolie des corbeaux de Sébastien Rutès
Quand le requin dort de Milena Angus
Prenez soin du chien de Jean-Michel Erre
La patience des buffles sous la pluie de David Thomas

DeL

Evilysangel

sa présentation du challenge
Les chevaliers d’émeraude : l’île des lézards d’Anne Robillard
Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur d’Harper Lee

George

sa présentation du challenge
Une mémoire d’éléphant d’Agatha Christie
Un dimanche chez les dinosaures de Marie-Aude Murail

Le sang des dauphins noirs d’Elena Sander

Chien blanc de Romain Gary

Hérisson  (délivrer des livres)

challenge terminé !

La nuit du loup vert de Viviane Moore

Mon chat à moi (collectif)

Un chat ne fait pas le printemps de Vincent Peghaire.
J’y vais de Mathieu Maudet
Bébés animaux de Gyo Fujykawa
Le club des poneys de Sylvie Baussier
Emilie et les poussins de Domitille de Pressensé

Lara Emilie

son billet de présentation
Shadow de Michael Morpurgo
War horse de Michael Morpurgo
Surviving with Wolves
Les chiens de Riga d’Henning Mankell
La tendresse des loups de Stef Penney
Loo (une pause livre)
Chienne de vie de Helle Helle
L’oeil du loup de Daniel Pennac
Désiré Bienvenu de Claude Roy
Le bal des éléphants de Rudyard Kipling
Le cri de la mouette d’Emmanuelle Laborit
21 éléphants sur le pont de Brooklyn
Le printemps des écureuils de Kawa Imamura
Le koala tueur
Tous les petits animaux de Walker Hamilton
La maison du chat qui pelote de Balzac
Pourquoi les baleines bleues viennent-elles s’échouer sur nos rivages?

Mia  : challenge terminé

sa présentation du challenge
Allumer le chat de Barbara Constantine
De l’eau pour les éléphants de Sara Gruen
Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur d’Harper Lee
Les yeux jaunes du crocodile de Katherine Pancol 
Alpha et Omega, tome 0 de Patricia Briggs
Cygne noir, tome 1 de Richelle Mead
Les fourmis de Bernard Weber
Les loups de Mercy Falles, tome 2 de Maggie Stievater
Les loups de Mercy Falls tome 3 de Maggie Stievater

Mimi

challenge terminé !
sa présentation du challenge
Au pays des kangourous
Maus, l’intégrale
De l’eau pour les éléphants de Sara Gruen
Le poil et la plume d’Anny Duperey
Birdy de William Wharton
Les chiens de Riga d’Henning Mankell
Refuge
Un léopard sur le garrot de Jean-Christophe Ruffin
La lionne blanche d’Henning Mankell

Prune
les cafards de Jo Nesbo
Pas facile de voler des chevaux de Per Petterson
Rouge-gorge de Jo Nesbo
Le Pélican de Strinberg
scor13 

  Roi lion (douze livres et plus).

Catherine :
son billet de présentation
challenge validé !

Le petit lion de pierre de Kim Xiong
Dans les forêts de Bambous (Pandas dans la brume, 1)
Un estomac dans des talons, d’Anna Boulanger
L’enfant d’éléphants de Yann Degruel d’après Rudyard Kipling
Légendes de la Garde : Hiver 1152, de David Petersen
Le baiser de la pieuvre, de Patrick Grainville
Le secret de la grue blanche, de Christelle Huet-Gomez et Ein Lee
Otto : vive la neige !, de Tom Schamp
La biblio des deux ânes, de Monica Brown et John Parra
La nuit du loup vert, de Viviane Moore
Holly Hedgedog’s holidays de Louise Marsan et Louise Mendoche
Le duc aime le dragon de Chung Yang Leh et Valérie Dumas
Les oiseaux noirs, de Faustina Fiore
L’oiseau Arlequin, de Pascale Maret et Delphine Jacquot
Les contes de la lune, d’Élisabeth Delaigle
Les oiseaux de l’espoir, de Judith Loske
Kit et l’éléphant blanc, de Hubert Paugam
Le roi de la bibliothèque, de Michelle Knudsen et Kevin Hawkes
Nel, de David Olivier et Émilie Béchat
L’épopée du Roi Singe, de Pascal Fauliot
21 éléphants sur le pont de Brooklyn d’April Jones Prince et François Roca
Monsieur Renard à la pipiliothèque de Lorenz Pauli et Kathrin Shärer
Le chien de Don Quichotte de Pia Petersen
La naissance du dragon de Wang Fei
L’enlèvement de Todd Borg
Zviane et l’ostie d’chat

Edwyn.

Lili veut un petit chat, de Dominique de Saint Mars et Serge Bloch (France)
Ma maman et Moi, de Yasushi Muraki (Japon)
Tatoo à la ferme, d’Olivier Supiot (France)
Yok Yok – Le chat qui parle trop, d’Étienne Delessert (Suisse)
Le chat des collines, de Sara (France)

Faites la queue !, de Tomoko Ohmura (Japon)
Monsieur, de Marie-Ange Guillaume et Henri Galeron (France)
Petit escargot, de Christian Voltz (France)
Dans le jardin, la libellule est morte, de Jeaong-cheol Cheon et Gwang-ick Lee
A vol d’oiseau de Michel Franscescini et Capucine Mazille
Kid de Corinne Lovera Viteli et Loren Capelli

Où sont cachés ces chats ? de Monika Beisner

-Perrine-

terminé !

Rhinocéros d’Eugène Ionesco
Flush, une biographie de Virginia Woolf
Le koala tueur de Kenneth Cook
– La faim du tigre, Barjavel
Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur d’Harper Lee
L’histoire de Pi de Yann Martel
L’élégance du hérisson de Muriel Barbery
Les yeux jaunes des crocodiles de Katherine Pancol
Alice au pays des merveilles de Lewis Carroll
De l’autre côté du miroir, Lewis Carroll
Le pingouin de Kourkov
Allumer le chat de Barbara Constantine

Sharon (terminé)

Les ailes du courage de George Sand 
Les chevaux fantômes et autres contes de Karen Blixen
Trois souris
Le cheval soleil de Steinunn Sigurdardottir
The killer Cat’s birthday bash d’Anne Fine
Le grand livre du chat assassin d’Anne Fine
La théorie du panda de Pascal Garnier
Entre le chaperon rouge et le loup, c’est fini de Katarina Mazetti
Chi, une vie de chat, tome 2 de Konami Kanata
How to steal a dragon’s sword de Cressida Cowell
Comment briser le coeur d’un dragon de Cressida Cowell
Pani, la petite fille du Groenland de Jorn Riel
Le renard des grèves, tome 1 de Jean Failler
Mon chat le plus bête du monde de Gilles Bachelet
L’homme est un grand faisan sur terre d’Herta Müller
Le cheval pâle d’Agatha Christie
L’été de l’ours de Bella Pollen
Chi, une vie de chat, tome 7 de Konami Kanata
Comment élever son bébé dragon
Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire de Jonas Jonasson
Stuart Little d’EB White
De cape et de crocs, tomes 4 et 5
La dragonne de minuit

Syl

terminé !
le froid modifie la trajectoire des poissons de Pierre Szalowski.
Le bizarre incident du chien pendant la nuit de Mark Haddon
la vengeance du Wombat
les désastreuses aventures des orphelins Baudelaire, tome II de Lemon Snicket
Le clan de l’ours de J.M. Auel
L’homme chauve-souris de Jo Nesbo
Les amants papillons de Benjamin Lacombe
Le secret du janissaire – de cape et de crocs, tome 1
De cape et de crocs, tomes 2 et 3
De cape et de crocs, tomes 4 et 5
De cape et de crocs, tome 6 ; luna incognita
De cape et de crocs, tomes 7 : chasseur de chimère
Pourquoi la carapace de la tortue n’est plus lisse du tout ?
L’arbre aux corbeaux de Lemony Snicket

Si jamais j’ai commis une erreur ou un oubli, n’hésitez pas à me le signaler.

V comme Vampire, chapitre 3

Voici ma participation pour les plumes en Z organisées par Asphodèle.

Il faut encore que je réfute une légende tenace : les lycanthropes, appelés par la vox populi loup-garou, ne se métamorphosent pas uniquement  à la pleine lune, ils peuvent se métamorphoser quand ils le veulent. Je vous conseille de lire à ce sujet Lycan Magazine, la revue officielle de tous les loups-garous, remplie de conseils, certes, mais aussi d’articles scientifiques. Vous pouvez aussi mettre à profit les travaux du docteur Azelma Shelton, professeur de lycanthropie appliquée. Je connais très bien ce docteur : c’est ma maman.

12 h 10 : Papa m’explique la raison de sa visite. La communauté vampirique cherche avec beaucoup de zèle d’éventuels ennemis, des gens tout prêts à les empoisonner, plutôt que de les transpercer avec un pieu en argent – éviter le contact, c’est éviter les dangers. Leurs soupçons se sont donc portés sur les Garou, qu’ils condamneraient volontiers à purger une peine de prison dans un zoo quelconque, entre les zèbres et les zébus. Le chef suprême des garous avait donc demandé à son meilleur Alpha de chercher qui voulait semer la zizanie entre les communautés fantastiques. Papa me conseillait donc d’être encore plus prudent que d’habitude.

–          Oui, papa.

13 h 00 : Silas peste en passant l’aspirateur.

« Zut ! Je suis sûr que ton père en fait exprès de venir sous cette forme. Il a encore mis des poils partout ! Il me déteste, ou quoi ? »

Mais non, mais non, il ne te déteste presque pas. Il a juste besoin d’être discret.

Revenons 29 ans en arrière. Azelma Shelton, brillante étudiante en médecine fantastique, cherche encore sa spécialisation. Vampire ? Loup-Garou ? Troll ? Surtout, elle est très déprimée : elle n’a pas l’ombre d’un petit ami dans sa vie, et si elle a envie de quelque chose (hum), quelque chose que sa sœur et la plupart de ses copines ont, c’est un bébé. Un soir qu’elle discute avec ses camarades de promotion, elle fond en larmes à la vue d’un énième marmot en train de zozoter dans sa poussette.

–          Il fallait le dire ! s’exclama Erik. Si tu veux, je t’en fais un.

Ce n’est qu’après ma conception, et juste avant la première échographie qu’Erik crut bon de lui révéler sa vraie nature.

–          Azelma (il évite une assiette), je peux tout t’expliquer (seconde assiette évitée). Si je t’avais dit la vérité, tu n’aurais jamais accepté !

Il profita de la seconde de réflexion de ma mère pour lui arracher la soupière des mains. C’est sûr, un loup-garou, c’est rapide.

–          Puis, moi aussi, j’ai envie d’un petit louveteau.

Pas de bol pour lui, ma mère n’avait plus qu’une cafetière à portée de main, et une cafetière sur la tête fait tout de même un petit peu mal.

Autant vous dire que sa spécialisation était toute trouvée : elle voulait pouvoir me soigner au cas où.

Seulement, aucune échographie ne montra les signes de la lycanthropie. A ma naissance, avec un mois d’avance (seule signe de ma filiation), j’étais un bébé très ordinaire, et tout rose. Je n’avais même pas un seul cheveu sur la tête ! Les jours, les semaines passèrent, et à son grand soulagement, ma mère ne constata aucune métamorphose, même quand la lune était à son zénith.

Par contre, être chef de meute et voir son premier né « normal », ça la fout un peu mal. Mon papa se demanda donc s’il n’avait pas un « souci » qui expliquait qu’il n’ait jamais réussi à avoir le moindre louveteau avec des louves de sa meute, rien, zéro, nada, nichts. Malencontreusement, il dit cela à haute et intelligible voix. La patte droite de l’actuel chef de la meute du Nord venait de se prendre une théière en pleine face. Il paraît que c’est moins douloureux qu’une cafetière.

14 h 00 : pédiatrie.

Arthur, Sarah, Hugo, je comprends que ce soit très marrant de vous métamorphoser n’importe quand, n’importe comment. Pensez à vos petits camarades qui ne sont pas lycanthropes ! Bien sûr, qu’ils ont eu un choc en voyant trois garous zigzaguer dans la cour de récréation. Ah, c’était le but, les rendre zinzins ? Et bien, c’est réussi !

Pensez aussi à votre maman : à chaque fois, il faut qu’elle vous rachète des vêtements. Vous voulez qu’elle vous laisse choisir vos propres vêtements et qu’elle arrête de vos imposer ces fringues hideuses ? Cela se défend. Bien sûr Hugo, je vais tout de suite vous donner quelques adresses d’école pour louveteaux. Oui, je pense aussi qu’avec tout ce que vous lui avez fait endurer cette semaine, votre maman va enfin céder. Néanmoins, arrêtez de faire les zouaves, ce sera mieux pour tout le monde.

Note : les grossesses multiples sont fréquentes chez les loups garous.

15 h 00 : second patient envoyé par Edouard. Son « chouchou », m’a-t-il dit.

De prime abord, rien ne le distinguait d’un humain ordinaire, si ce n’est la froideur de sa poignée de main.

–          Gaël de Nanterry ? dit-il d’un ton interrogatif. J’ai bien connu, j’ai même été très ami avec Charles-Antoine et Sophie de Nanterry. Des ancêtres à vous ?

Je n’en avais aucune idée. J’avais lu son dossier avant sa venue. Louis Zéphyr Célestin Herlault, né en 1942. Signe du zodiaque : musique ascendant chant. Il devient l’un des plus jeunes chefs d’orchestre de sa génération, et crée bientôt son propre ensemble. Sa carrière est particulièrement riche, il a joué les œuvres les plus célèbres avec les plus grands.

–          Nous venions de nous produire à la Zarzuela, devant la famille royale d’Espagne quand j’ai été poignardé.

Il est resté trois semaines dans le coma. Il raconte que son corps était immobilisé et que son esprit se promenait dans l’hôpital.  Il était techniquement un fantôme. Il ajoute qu’il a rencontré des fantômes très intéressants. Puis, le trou noir. Il est mort, et son corps a disparu.

–          Je me suis réveillé dans les égouts – je ne sais combien de temps s’était écoulé, ni même qui m’avait vampirisé. Nous étions plusieurs, et j’étais une exception. Je n’avais aucune envie de me nourrir, aucun besoin de sang, rien. Je me laissai mourir véritablement et si je consulte, c’est parce que j’ai besoin, contrairement à beaucoup de mes congénères, de garder un contact avec les vivants, et pas seulement ceux qui jouent à  l’être. Savez-vous pourquoi je suis resté un vampire ? Parce qu’alors que je tendais à me dissoudre, le maître vampire qui se chargeait de notre groupe m’a demandé ce qui pourrait me motiver à rester vampire. J’ai eu la bêtise de lui dire « ma femme ». Deux jours plus tard, elle était là, toute flagada et toute vampire. Je suis responsable de ce que ce monstre lui a fait, je suis obligé de mourir et laisser mourir.

–          Je vois que vous siégez au Haut conseil vampirique.

–          Oui, je suis devenu bien malgré moi un zélateur de la cause. J’ai assisté à la mise en lumière de notre communauté. J’ai aussi aidé à la création du sang de synthèse pour vampire, d’une belle nuance zinzolin. Je m’en souviens très bien, c’était il y a 142 ans, grâce à un vampire zoulou un peu magicien.  Il a même eu l’idée d’aromatiser sa mixture avec un zeste de pamplemousse rose pour les rares vampires qui détestent l’idée de boire du sang – comme moi – mais surtout pour ceux qui veulent varier leur régime alimentaire. »

Il avait également repris sa carrière musicale récemment – il y a quatre-vingt ans. Difficile de trouver et de motiver des musiciens vampires. Quant aux humains, ils n’avaient pas très envie de jouer avec un être qui lorgnerait leur nuque avec trop d’intérêt.

Je le quittai presque à regrêt, quand, sur le point de sortir, il se figea subitement.

–          Je sens l’aura de Russel qui s’approche. Ne me dites pas qu’il est un de vos patients ? Névrosé, lui ? Je le connais depuis trois cents ans, et névrosé n’est pas le mot qui convient. Psychopathe, oui. Sa sœur ? Bien sûr qu’elle lui en veut et qu’elle lui pourrit sa mort, c’est lui qui l’a vampirisée pour être moins seul, elle a largement de quoi lui en vouloir ! Croyez-moi, même si vous n’êtes pas obligé, après tout, je suis un vampire moi aussi : Russel ne fait jamais rien s’il n’a pas un intérêt dans l’histoire. J’ai une vague idée du sien, mais je ne veux pas vous paniquer inutilement.»

V comme vampire, chapitre 2

21 h 30 : sous la couette.

Silas trouve que je me dévoue trop à mes patients. Surtout Russel. Je lui rappelle que :

–          – c’est lui, Silas Chépukoi, que j’aime.

–          – Russel a les mains froides, et tout le reste aussi.

21 h 35 : Silas me demande ce que j’entends par « tout le reste ».

21 h 36 : exactement ce que je viens de dire. Un vampire, c’est entièrement froid.

21 h 37 : « Tu as vérifié par toi-même ou tu parles par oui-dire ? »

21 h 38 : Je lui rappelle que les vampires gays sont rares.

21 h 39 : « Et Lestat ? »

21 h 40 : Je lui re-rappelle que les exceptions existent et que j’aimerais bien dormir.

21 h 41 : Silas me répond qu’il n’a pas envie de dormir.

22 h 16 : Là, je pense que je vais enfin pouvoir dormir.

22 h 30 : La sonnerie d’urgence.

–          Pour toi ou pour moi.

–          Pour toi. Aucun troll n’est assez stupide pour monter sur le toit en cas d’urgence. Il aurait défoncé la porte, ou la fenêtre. Je t’accompagne, on ne sait jamais, il nous reste encore une vasque à démolir.

Je me rends compte seulement maintenant que je ne me suis pas décrit. Gael de Nanterry, 28 ans, 1 m 78, 55 kg (si, si, c’est possible, vous comprenez que je préfère la pizza au yaourt allégé), cheveux châtain très clair et bouclés, yeux bleus. Bref, je n’impressionne personne. A mes côtés, Silas, 38 ans, 1 m 91, beaucoup de muscles entretenus par la muscu (il vaut mieux, les trolls peuvent être énervés), cheveux ras – et s’il ne les portait pas si court, ils seraient roux. Bref (bis), mon copain de couette en jette – moi, moins.

22 h 40 : ce n’est pas vrai, encore une réaction allergique au sang synthétique arôme verveine. Barnabé, un de mes patients, est fort mal en point.

–          Non, eut-il le temps de me souffler avant de s’évanouir. Xérès.

Encore une légende tenace : un vampire ne se métamorphose pas complètement, il garde les mêmes qualités et les mêmes défauts une fois mort. Pour ceux qui étaient des adeptes forcenés de la dive bouteille, les chercheurs ont créé une ligne de sang de synthèse très parfumée. La spéciale « goût whisky » fait fureur.

00 h 40 : Barnabé se réveille. Il n’est pas au mieux de sa forme. Je lui demande de me décrire ses impressions.

–          C’est comme si tous les wagons d’un train de marchandise m’étaient passés sur le corps, tandis qu’un yacht me tombait sur la tête. J’ai déjà vécu les deux, mais pas en même temps. Le train, c’est en pays wallon, le yacht, en pays monégasque. Cela fait vraiment bizarre d’avoir les deux sensations simultanément.

01 h 40 : il peut repartir. Je signale cependant le cas au haut conseil des vampires, d’autant plus que Barnabé n’est pas un jeunot – après deux cents ans, les vampires sont en général très résistants.

02 h 00 : cette fois-ci, c’est le téléphone.

–          Gaël, j’ai encore un cas d’allergie, je peux venir ? Je t’expliquerai.

02 h 10 : Edouard, le maître à penser de tous les vampirologues de ma génération, se tient devant moi, soutenant avec peine deux nouvelles victimes. Je l’aidais comme je pus à les installer.

–          Puis-je te demander un autre service ? Je suis mandaté par le haut conseil vampirique pour enquêter sur cette affaire.

–          Déjà ?

–          Les non-mortels ont droit à la même protection que les mortels – le dernier discours d’Eric, leur député. Un peu plus, et ils diraient que nous sommes xénophobes. A la tombée de la nuit, je devrais rendre mon rapport devant l’assemblée.

Ouille. Edouard est aussi le porte-parole de la communauté des vampirologues. Parce qu’il est charismatique. Parce qu’il a l’élégance d’un dandy et l’humanisme de Montaigne. Parce que lui seul est capable de garder son calme au milieu d’une assemblée de vampires de la même manière que s’il jouait au whist tout en buvant du thé. Parce qu’il manie parfaitement sa canne-épée en argent, dont il ne se sépare jamais.

–                 Je voudrais d’envoyer trois patients, les trois qui ont vraiment besoin de nous. L’un d’entre eux a une obligation de soin, l’autre est maniaco-dépressif, le dernier … j’ai une tendresse particulière pour lui.

J’acceptai – et me demandai comment l’annoncer à Silas.

3 h 00 : Silas dort ? Non, il boude. Je ne dis rien, car ce n’est pas la moutarde qui lui est monté au nez, c’est le wasabi (minimum).

7 h 00 : j’aurai tout de même réussi à dormir. Silas évoque nos prochaines vacances. L’an dernier, nous sommes allés camper dans un wigwam, au milieu des wapitis, nous avons descendu des rivières dans une yole. J’en frissonne rien que d’y penser – c’est Silas le fan de western, pas moi. Cette année, je crains qu’il ne veuille aller en Australie observer les koalas et autres wapitis, ou pire, m’entraîner dans une yourte au Tibet et examiner des yacks à la saison des amours.

8 h 00 : cours de yoga. Je manque de m’endormir. Zut ! Ce n’est pas moi qui suis censé de me détendre, ce sont mes patients. Dire qu’il suffit de donner un yo-yo ou  un xylophone à un Troll pour le relaxer.

9 h 00 : le premier patient envoyé par Edouard. Je prends mon courage à deux mains (et vérifie que mon coupe-papier en argent est sur mon bureau). J’ajoute que j’aimerai bien de me boucher le nez aussi. Je n’ose lui demander depuis combien de temps il a pris un bain. Et non, tous les vampires ne séduisent pas par leurs bonnes odeurs corporelles. Quant aux cheveux, qu’il porte assez longs, je résiste à la tentation de lui prêter mon shampoin sec, prévu pour les cas d’urgence, car là, mon odorat en est sûr, c’en est un.

Il jette un œil noir sur mon cabinet, avant de se vautrer dans le fauteuil.

–          Obligation de soin, mon œil ! Je suis un vampire, j’aime mordre. Je suis fait pour cela, c’est ma nature. Vous pouvez ranger votre coupe-papier, je ne vous ferai rien (zut, il l’a vu). Vous êtes anémié, je le sens à cette distance. A quoi ça sert de prendre du sang light ?

Note : si les vampires posent des diagnostiques, où va-t-on ?

10 h 00 : Thérapie familiale.

Russel et sa soeur sont assis l’un à côté de l’autre et ne disent pas un mot.4092 de névrose à eux deux. Mes petits-enfants, s’ils sont vampirologues, les auront encore comme patients.

10 h 15 : Julia (soeur de Russell) lui dit tout le bien qu’elle pense de lui.

11 h 00 : fin de la séance. Julia vocifère toujours pendant que je la pousse hors du cabinet. Heureusement, Russell m’aide, sinon, je n’aurai pu la déplacer d’un pouce.

11 h 10 : je reprends un café. Si elle n’avait violemment injurié son frère pendant 45 minutes, j’aurai piqué du nez.

12 h 00 : un énorme loup garou au pelage doré se tient devant moi. Il entre sans façon, traverse le cabinet, pousse la porte de communication avec notre appartement et s’installe sur le sofa.

–  C’est gentil de me rendre visite, papa.

V comme vampire, chapitre 1

Ma deuxième participation aux Plumes de l’été organisées par Asphodèle. Cette semaine, les plumes en V.

 

7 h 45. Il me reste un quart d’heure avant l’ouverture du cabinet. Je prends un dernier café, mon troisième depuis mon réveil. J’ai besoin de rester éveillé, avec leurs histoires à dormir debout.

8 h 00 : psychologie.

mon premier patient. Russell. 2045 ans au bas mot. Il est extrêmement volubile, comme à son habitude.

« Ma mort est horrible. On ne vous prévient pas que votre peau va ressembler à un parchemin avec veinules apparentes, peut-être parce que mon créateur n’a pas vécu assez longtemps. Je me refuse à utiliser les crèmes hydratantes spéciale peau de vampire. Je reste un homme avant tout. Mort, mais un homme. Pire : je dois supporter ma sœur, qui a été transformée en même temps que moi. Le monde a beau être vaste, elle ne veut pas me quitter et s’accroche à ma redingote. Elle est en train de me gâcher ma mort ».

Je lui suggère une thérapie familiale.

9 h 00 : thérapie de couple.

Jamais on n’aurait dû autoriser les unions entre mortels et non mortels (j’adore ce terme politiquement correct). A ma droite, Bill, plus ennuyeux, impossible. A ma gauche, Sookie, dont l’intelligence n’est plus à prouver. Bill a commis une petite erreur sur ce qu’il a vu et …. Ouf, Sookie n’écoute plus ce que je pense. Cette gourdasse pratique voluptueusement le sport en chambre avec Eric, le tout nouveau député des non-mortels (la vacance du poste aura été brève) et Bill a malencontreusement surpris Sookie en train de s’ébattre avec lui. Eric a eu beau tenter de d’hypnotiser Bill, qui était tout de même son co-listier, il lui reste tout de même des bribes de souvenirs.

9 h 55 : la séance vient tout juste de terminer quand des vibrations secouent mon cabinet. Savoir voler, c’est bien. Savoir atterrir sur la piste prévue à cet effet, c’est mieux.

10 h 00 : en fait, c’étaient mes prochains patients qui se disputaient en plein vol et ont donc chu. Les vicissitudes du métier. Je reçois donc un certain Angel (à voir son gabarit, je comprends le choc) et un dénommé Spike. Vu l’état de sa figure, pas la peine de leur demander qui est victorieux.

10 h 15 : nous avons dû attacher Spike après qu’il eut envoyé valser à peu près tous les meubles de la pièce. Allergie au tout nouveau sang de synthèse goût  verveine qui vient d’être commercialisé.

10 h 25 : j’aimerai bien que le traitement fasse effet.

10 h 35 : dire que je ne peux utiliser les chaines en argent, avec la réaction allergique qu’il se paie. Mon véloce collègue, le docteur Silas Chépukoi est venu me prêter main forte.

10 h 45 : le traitement commence à faire effet. Silas a finalement assommé Spike avec l’énorme vasque qui ornait l’entrée terrienne du cabinet. Il a fait ainsi une pierre deux coups : nous débarrasser de cette horreur et neutraliser Spike.

11 h 00 : véto.

Jacob, je comprends que c’est embarrassant. Cet antipuce vous fera néanmoins le plus grand bien.

12 h 00 : après avoir vérifié que Spike récupérait, et qu’Angel avait de quoi se restaurer – il s’était institué son garde-malade, je pris  ma pause déjeuner avec Silas Chépukoi. Salade sans vinaigrette pour lui, pizza pour moi. La verdure dans mon assiette, très peu pour moi.

«- Les Trolls qui construisaient le viaduc de Tépasséou se sont mis en grève à cause de leur condition de travail.

–          Je les approuve totalement. Le code du travail des créatures fantastiques doit être respecté.

–          Ils ne sont même pas autorisés à utiliser leur langue vernaculaire. Le conflit n’est pas prêt de se terminer. Je connais bien les Trolls de l’est : tant qu’ils n’auront pas la victoire, ils ne lâcheront rien.»

Vous l’aurez compris, mon collègue et compagnon de couette est docteur en Trollogie appliquée.

13 h 00 : thérapie conjuguale.

Drac, tu as déjà réussi à maintenir l’harmonie entre tes trois premières épouses. Elles ont même passé l’éponge et la serpillère sur Jonathan Harker. Mais là, vouloir faire votre coming-out et vous installer avec Lestat, je ne suis pas sûr qu’elles acceptent.

14 h 00 : dermatologie.

Je sais, Edward, avoir la peau qui scintille, ce n’est pas pratique. Le fond de teint, non plus. Je trouve que vous exagérez cependant un peu. Ce n’est pas pour cette raison que les autres vampires se moquent de vous. Vous êtes sûrs que vous n’avez pas une petite idée ?

15 h 00 : Spike est définitivement remis. Je lui conseille tout de même d’attendre avant de voler à nouveau tout seul. Angel le raccompagne chez lui : il ne faudrait pas qu’il rate Vampire Diaries, sa série préférée.

15 h 10 : dentiste.

Jean-Claude, il faut vous ménager, vos capacités de régénération  sont au plus bas. Jamais vu autant de dégâts sur une mâchoire. Sincèrement, Jean-Claude, vous ne trouvez pas que fréquenter une tueuse de vampires est pousser le vice un peu loin ?

16 h 00 : cours collectif de préparation à la césarienne. Grâce des procédés dont je vous fais… grâce, les vampirettes peuvent désormais avoir des bébés vampires qui deviendront des enfants, des ados, et des adultes vampires. Elles viennent partager leur expérience et surtout, surmonter le traumatisme causé par un certain film. Non, une césarienne, ce n’est pas aussi dramatique. Puis, vous ne pouvez pas mourir ainsi : vous êtes déjà morte ! Elles apprécient modérément mon sens de l’humour.

17 h 00 : pause lecture avec Le vagabond des étoiles de Jack London.

17 h 30 : Sophrologie.

Carmilla, quand je vous ai dit de visualiser un but positif, je ne vous demandais pas de me le raconter. Même, je ne pense pas que les mannequins de Victoria’s secret acceptent de venir à une fémorale partie.

18 h 30 : Silas m’attend pour diner et aller sous la couette. Manque de bol, Russell est revenu en traînant sa sœur par-les-cheveux. C’est parti pour une longue séance de thérapie familiale.

20 h 30 : après avoir convaincu Russel de ne pas fracasser le crâne de sa sœur – la guérison lui ferait très mal, et elle aurait peut-être envie de piétiner la nouvelle copine de son frangin en riposte, je rejoins enfin Silas sous la couette avec un plateau repas.

Je me souviens seulement maintenant que je ne me suis pas présenté : docteur Gael de Nanterry, vampirologue et lycanthropologue.

Nouveau blog

 

 

Je change de plate-forme, timidement, tout en gardant mon ancien blog pour l’instant. Je manque de temps pour les transferts.

Image